Sécurité routière : des Belges invités à leurs propres funérailles

Sécurité routière : des Belges invités à leurs propres funérailles
Sécurité routière : des Belges invités à leurs propres funérailles
Le 8 avril 2014, l’Institut Belge pour la Sécurité Routière a diffusé une campagne de sensibilisation pour le moins étonnante. Dans une vidéo éprouvante, des Belges sont invités à leur insu à leurs propres funérailles. Attention, âmes sensibles s’abstenir.
A lire aussi
Sécurité routière : le clip "Si t'as pas de Sam, t'as le seum"  crée le malaise - vidéo
jeunes
Sécurité routière : le clip "Si t'as pas de Sam, t'as le...

« Et si vous étiez piégés, comme eux, […] à votre propre enterrement ? » C’est sur ce scénario morbide que l’Institut Belge pour la Sécurité Routière a voulu interpeller les personnes qui sont imprudentes au volant. Pour ce spot poignant tourné en caméra cachée, des Belges sont piégés : alors qu’ils pensaient rejoindre des amis, ils se retrouvent à leurs propres funérailles où ils doivent assister aux discours larmoyants de leurs proches.

La mise en scène est éprouvante. Tous finissent en larmes en voyant leurs proches dévastés face aux cercueils des « victimes ». Il est vrai que les mots sont durs et font réfléchir sur le danger de l’excès de vitesse. « T’as encore fait le con sur la route », « S’il te plaît sois prudent au volant. Je ne veux pas te perdre » ou encore « Je t’en prie écoute moi, lève le pied. Ne t’en va pas mon fils », implore une mère. Enfin, le spot se termine avec ce message important : « Faites ralentir vos amis avant qu’ils ne soient trop tard. »

Cette mise en scène va peut-être effrayer certains mais l’objectif de l’Institut Belge est de surprendre pour éveiller les consciences sur la prévention routière. A titre d’exemple,  une association française lançait le lundi 8 avril sa nouvelle campagne « Avant de mourir, je veux … » pour prévenir les jeunes du danger de l’alcool au volant.

Ces concepts donnent sans doute froid dans le dos mais ils se sont avérés efficaces pour marquer les esprits.

Et vous, pensez vous que le vice a été poussé trop loin dans cette campagne?

Priscillia Mudiaki