Parentalité homosexuelle : Taubira veut "davantage de temps"

Parentalité homosexuelle : Taubira veut "davantage de temps"
Parentalité homosexuelle : Taubira veut "davantage de temps"
Dans un entretien au magazine Têtu, la ministre de la Justice Christiane Taubira a assuré que le mariage et l'adoption seront ouverts aux homosexuels le plus rapidement possible. En revanche, la procréation médicalement assistée (PMA) et la reconnaissance de l'enfant par un tiers ne seront abordées que dans un deuxième temps.
A lire aussi
Les mères de deux enfants travaillant à plein temps sont 40% plus stressées
News essentielles
Les mères de deux enfants travaillant à plein temps sont...


« Se donner le temps » : voilà la nouvelle ligne de conduite de Christiane Taubira, ministre de la Justice, en charge du délicat dossier du mariage et de l’adoption pour les couples homosexuels. Ainsi, si dans un entretien au magazine Têtu la garde des Sceaux a réaffirmé que le mariage et l’adoption par les couples homosexuels seront appliqués « le plus rapidement possible », elle préfère avancer à pas prudents sur les questions touchant à la « parentalité ». Ainsi, l’ouverture aux couples gay de la procréation médicalement assistée (PMA) ainsi que de la reconnaissance de l’enfant par un tiers n’entreront pas dans le paquet législatif qui comprendra le volet adoption.

« Le président de la République s'y est engagé : le mariage et ses conséquences sur l'adoption seront ouverts aux personnes du même sexe », rappelle Christiane Taubira. « Il s'agit d'une grande avancée dans le sens d'une plus grande égalité », dit-elle. Mais « la question de la "parentalité" est plus large, elle intéresse les familles quel que soit leur statut et elle comporte des conséquences juridiques bien plus nombreuses que celles nées de l'ouverture du mariage et de l'adoption aux personnes du même sexe », explique la garde des Sceaux. Avant de poursuivre : « Je pense que ces questions peuvent être séparées pour se donner davantage de temps pour y travailler ».

Tenir compte de toutes les familles

Par ces propos, la ministre de la Justice confirme ce qu’elle avait laissé entendre le 11 septembre dernier face à des associations homosexuelles, à savoir que la « présomption de paternité » resterait pour l’heure hors du champ législatif. A cette annonce, l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL) s’est inquiétée dans un communiqué de ce que le gouvernement pourrait « laisser sur le bord du chemin les enfants adoptés et de nombreuses familles homoparentales ». Elle appelle ainsi la ministre et le gouvernement à s’assurer que « cette réforme menée au nom de l’égalité » ne devienne pas « faute de courage politique et de respect des engagements, une réforme de la honte ».

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Mariage gay : l'annonce de Christiane Taubira surprend associations et ministres
Mariage gay : les couples homosexuels à la noce avant fin 2013
Mariage gay : quand des hommes d'Eglise dérapent