Garde d'enfants : la galère des parents s'amplifie chaque année

Garde d'enfants : la galère des parents s'amplifie chaque année
Garde d'enfants : la galère des parents s'amplifie chaque année
Dans cette photo : François Hollande
Face au manque criant de places en crèche, l'Observatoire de la petite enfance tire la sonnette d'alarme. Moins d'un enfant sur deux peut ainsi espérer obtenir une place en garderie. Et la situation ne s'améliore pas avec la hausse annuelle des naissances.
A lire aussi
Harcèlement scolaire : "Les parents ont un rôle essentiel à jouer"
News essentielles
Harcèlement scolaire : "Les parents ont un rôle essentiel...


Cela devient l’angoisse première des femmes enceintes : qui va garder les enfants ? Alerte à la pénurie de crèches, le constat n’est pas nouveau, mais cette fois-ci c’est l'Observatoire de la petite enfance qui tire la sonnette d’alarme, en pointant du doigt les 500 000 places qui manquent dans les crèches pour répondre à la demande nationale. Selon un rapport de l'Observatoire que s'est procuré Europe 1, il y aurait ainsi moins de 50 places de garde (49,9 très exactement) pour 100 enfants âgés de moins de trois ans. Sur les 50 enfants gardés, 28 le sont par une assistante maternelle, 15 dans une crèche collective, 5 sont déjà à l'école et 2 sont gardés à la maison. Pour les familles, c’est le parcours du combattant, marathon et saut d’obstacles combinés pour réussir à organiser la garde des petits. Entre nounou partagée, crèches clandestines ou appel aux grands-parents, chacun tente à sa façon de trouver une solution. Et bien souvent, acculées, les femmes doivent mettre entre parenthèses leur carrière pour élever les enfants.

Consultation nationale

Et la situation est bien partie pour empirer : le nombre de naissances annuel augmente plus vite que celui des places en crèches. On compte en effet près de 835 000 nouveaux bébés par an. Sujet crucial, le développement des places d’accueil des tout-petits était l’un des engagements de campagne de François Hollande, qui avait promis la création de 500 000 places de garde, soit 100 000 par an. C’est dans ce sens que la ministre de la Famille Dominique Bertinotti a appelé lundi à la mobilisation. À partir du 17 novembre, la ministre va lancer une série de consultations dans quatre régions (dans les Midi-Pyrénées, Bourgogne, Nord-Pas-de-Calais et dans les Pays-de-la-Loire) auprès des parents, professionnels et élus. L’idée ? Trouver « de nouvelles réponses », quand on sait qu’ « on n'offre pas à l'ensemble des parents les mêmes chances d'accès à un mode d'accueil en fonction de leur lieu de résidence ».

En effet, les crèches sont mal réparties sur le territoire national : selon le gouvernement, l'offre varierait ainsi selon les départements de 9 à 80 places pour 100 enfants de moins de 3 ans. Parmi les privilégiés : le grand Ouest, tandis que les Corses sont les plus mal lotis. Le gouvernement espère élaborer à partir de ces consultations de nouvelles solutions pour les parents, qui pourraient notamment comprendre une « relance de la préscolarisation dès 2 ans ». Dominique Bertinotti a également précisé que le décret controversé de 2010 qui assouplit les règles d'accueil en crèche serait abrogé au cours du « premier trimestre 2013 ».

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Baby-sitter, crèche, garde partagée : les solutions innovantes pour trouver une garde d'enfant
Crèche : "Il manque encore 400 000 places"