Scandale autour des Bikinis rembourrés pour les petites filles

Scandale autour des Bikinis rembourrés pour les petites filles
Scandale autour des Bikinis rembourrés pour les petites filles
La marque Abercrombie annonce qu’elle retire de la vente une série de Bikinis rembourrés pour les petites filles de 8 à 14 ans. Les « push up » Abercrombie ont provoqué un tollé aux Etats-Unis parmi les sociologues et les spécialistes de l’enfance qui dénoncent l’érotisation précoce des fillettes.
A lire aussi

Les petites filles ne sont pas seulement encouragées à devenir des mamans bien « comme il faut », elles doivent aussi travailler leur sex-appeal avant 10 ans. Après la poupée pour allaiter, c’est une collection de maillots de bains pour fillettes qui fait scandale aux Etats-Unis.
D’après le site OWNI, tout a commencé par le post d’une sociologue américaine sur son blog le 19 mars dernier. Celle-ci s’étonnait de voir sur le site Abercrombie Kids une collection de Bikinis « push up » destinés aux filles de 8 à 14 ans. Dénonçant la tendance récurrente à la sexualisation des petites filles, son coup de gueule a eu un large écho dans les médias outre-Atlantique, et a ensuite été repris par de nombreux psychologues et pédiatres. De nombreux spécialistes s’inquiètent en effet depuis quelques années de cette tendance à transformer les petites filles en lolitas à grands renforts de string, de maquillage, et d’accessoires de mode. Sur Terrafemina, Michel Fize évoquait cette « adolescence précoce » comme un phénomène culturel provoqué par le marketing dirigé vers ces cibles faciles et leurs mères. Résultat : la marque annonce aujourd’hui qu’elle retire ce produit de la vente. Mais la polémique est lancée...

VOIR AUSSI

Les ados ne sont pas accros aux jeux vidéo !
Un malus pour les collèges présentant trop de redoublements
Les papas cools (1/2) : Astuces pour mieux comprendre son ado
Adolescentes précoces : les lolitas du CM2