10 phrases de survie pour mères au bord de la crise de nerfs

10 phrases de survie pour mères au bord de la crise de nerfs
10 phrases de survie pour mères au bord de la crise de nerfs
Réunions, nounous, dîners, épilation, copines, karaté, séminaire, vacances… Les working mums jonglent avec les agendas, les todos et le planning familial avec la dextérité d’un chef de cabinet en pleine tempête médiatique. Pourtant, il leur arrive bien souvent de craquer… C’est votre cas ? Voici 10 petites phrases pour vous rebooster, déculpabiliser et rire à gorge déployée de votre pauvre sort de maman noyée.
A lire aussi
Francis Dupuis-Déri, le chercheur qui démonte la "crise de la masculinité"
News essentielles
Francis Dupuis-Déri, le chercheur qui démonte la "crise...

1. Inutile de jalouser les photos carte-postale de vos amis sur Facebook, vos savez bien que ceux qui passent leur temps à se mettre en scène sont des NO LIFE.

2. To do list réaliste : Elle se résume à un truc dans la journée, en dehors du boulot et de la vie de famille. Un coup de fil chez Bouygues ou tout autre opérateur téléphonique compte double !

3. Demandez la place dans le métro quand vous êtes enceinte ou de l’aide dans les escaliers parce que vous êtes avec une poussette et que tout le monde baisse la tête. A priori on va vous aider, sinon c’est que vous n’avez vraiment pas de chance. Mais… rappelez-vous que pour obtenir, il faut demander ! (ça marche aussi pour les augmentations qui tombent rarement du ciel !)

>> La journée-type de la working mum en 8 chiffres <<

4. Les enfants veulent manger ? Qu’ils se servent ! Votre mari se demande quel costume mettre pour sa réunion de 11h ? Qu’il tranche. Votre sœur hésite entre Les Baléares et la Corse ? Qu’elle appelle une agence. Vous aussi, faites la grève !

5. Les devoirs des enfants peuvent se transformer en un moment positif à condition d’y prendre du plaisir ! Brian is in the kitchen ? Eh bien qu’il fasse la bouffe !

6. Avoir des enfants n’a jamais empêché de faire carrière : regardez Lio, Ségo ou Clémentine Célarié et toutes les inconnues autour de nous qui galèrent. Et soyez rassurées, le monde du travail ne vous sera pas spécialement reconnaissant de ne pas avoir eu d’enfants. Alors foncez, c’est pas compliqué à faire… c’est à élever que c’est dur.

7. Votre fils remet systématiquement dans le caddie des brownies que vous n’avez pas choisis. Excédée, vous lui donnez une fessée. Une admiratrice de Françoise Dolto vous interpelle :

« Ca ne lui fait pas du bien, ça, Madame…

- Oui, mais à moi, si. »

L’essentiel, c’est vous ! Il faut le savoir. Si vous êtes en forme ce jour-là, vous pouvez ajouter :

« Et accessoirement, il me remerciera plus tard de ne pas ressembler à Carlos ! »

>> Mères actives : un tiers a déjà pensé à tout quitter <<

8. Les hommes oublient les dates, c’est un fait. Alors, plutôt que de lui reprocher chaque année l’oubli de votre anniversaire, inventez de nouvelles dates, ça fera des cadeaux en plus et de la culpabilité (pour lui) en rab.

9. Un homme débordé, on le plaint. Une femme débordée, c’est un pléonasme.

10. Vous ne savez pas monter les Billy, étagères Ikea. Vous ne savez pas cuisiner le poulet au miel (recette toute simple de Elle). Mais vous savez parfaitement bien imiter les animaux de la basse-cour : poule, cochon, vache, chèvre, mouton… Il faut simplement connaître son incroyable talent.

Meuuuuh Meuhhhh. C’est pas la plus forte, maman ? Et surtout, on le rappelle, déculpabilisez et répétez : « Je suis une maman qui déchire. JE SUIS UNE MAMAN QUI DECHIRE », comme dans la pub.

Vous en voulez encore ? Faites l’acquisition du « Carnet de survie des femmes overbookées » de Sophie Brafman, chez First. 

Dans l'actu