Comment aider son enfant à gérer son stress ?

Comment aider son enfant à gérer son stress ?
Comment aider son enfant à gérer son stress ?

Dans un monde où tout va très vite et dans lequel nous sommes tout le temps dans la recherche de l’activité, de plus en plus de parents constatent, avec inquiétude, des signes de fatigue et d’anxiété chez leurs enfants. Dans ce contexte, comment aider alors son enfant à gérer ce stress et à s’en libérer ? Sylvie Sarzaud a tenté d’apporter quelques pistes dans son livre « J’aide mon enfant à surmonter son stress », aux Editions Eyrolles.

A lire aussi
Un ovaire artificiel pour aider les survivantes du cancer à avoir des enfants
News essentielles
Un ovaire artificiel pour aider les survivantes du cancer...


Ex-professeur des écoles et actuellement sophrologue dans le Morbihan, Sylvie Sarzaud propose 39 exercices tirés du yoga et de la sophrologie à faire avec son enfant pour apprendre à maîtriser sa respiration, son corps et donc ses émotions. Ces exercices, simples et efficaces, favorisent en effet la relaxation et la concentration. En voici quelques-uns.

Quelques précautions avant de se lancer

Avant de commencer, assurez-vous que :
- Votre enfant est d’accord pour effectuer ces exercices.
- Le contexte spatio-temporel est minutieusement choisi. Ces exercices doivent être réalisés dans un endroit calme et familier où l’on est sûr de ne pas être dérangé. Il faut également déterminer le bon moment pour les faire, comme par exemple avant de faire les devoirs, ou avant un examen s’il est plus vieux.
- Le discours des exercices est adapté à l’âge et la maturité de l’enfant.

Prendre conscience de sa respiration

Il s’agit dans cette première partie d’effectuer tout un travail sur la respiration. Il consiste à accorder de l’attention à cette fonction la plus instinctive et la plus inconsciente. On ne cherche cependant pas à agir sur elle ni la modifier, mais simplement à se rendre compte que tout le corps respire.
Exercice 1 : Conscience de la présence de l'air
Posez quelques questions à votre enfant pour lui faire découvrir de nouvelles sensations. Il n’est pas obligé d’y répondre avec des mots. Ce qui compte, c’est que vous l’accompagniez au cours de cette exploration sensorielle.
- Peux-tu sentir l’air quand il entre par tes narines ?
- Peux-tu le sentir aussi quand il ressort ?
- Et maintenant, peux-tu sentir sa présence un peu plus loin, à l’intérieur de ton nez ?
- Que se passe-t-il au cours de ce va-et-vient continu de l'air, au niveau de tes narines, et à l’intérieur de ton nez ?

Laissez à votre enfant le temps nécessaire : la découverte du contact de l’air favorise la concentration et la respiration devient aussitôt plus calme, sans que la volonté n’intervienne. Si vous sentez que votre enfant prend du plaisir à poursuivre l’expérience, ne l’interrompez pas avant qu’il en manifeste le désir.

Prendre conscience de son corps

Les exercices de cette deuxième partie sont destinés à agir sur le physique pour modifier le psychologique. Se représenter les tensions et soucis, et les expulser de soi à l’aide de mouvements corporels.
Exercice 15 : Poings fermés, poings ouverts
- Debout ou assis, demandez à votre enfant, pendant qu'il inspire, de serrer ses poings de manière progressive, de plus en plus fort.
- En expirant, les doigts et tous les muscles de la main se relâcheront profondément. A la fin de l’expiration, attirez l’attention de votre enfant sur la sensation de décontraction totale et de lourdeur des mains et des doigts.
- Recommencez ce geste plusieurs fois en suivant le rythme respiratoire. A la fin de l’exercice, accordez quelques instants à votre enfant pour qu’il puisse se concentrer sur les sensations encore présentes dans ses mains.

Prendre conscience de sa conscience

Cette dernière partie concerne le travail sur la concentration, l’imagination et l’effort de visualisation. Il s’agit de se projeter mentalement pour se dégager symboliquement de ce qui est négatif, d’imaginer des réceptacles pour nos tensions, les y enfermer et oublier ce réceptacle.
Exercice 28 : Ballon s’envole
- Votre enfant commencera par imaginer qu’il a devant lui un ballon à gonfler (comme ceux utilisés dans les anniversaires). Aidez-le à bien visualiser ce ballon. Vous pourrez par exemple décider ensemble de sa couleur et de sa taille… N’hésitez pas à « prendre » ce ballon imaginaire entre vos mains puis à le « donner » à votre enfant.
- Votre enfant, son ballon imaginaire entre les doigts, va ensuite porter l'embout à ses lèvres.
- Après avoir pris une large respiration par le nez, il soufflera lentement en imaginant que tous ses soucis, toutes ses tensions, ses colères, ses peurs s’échappent de son corps par l’air qui sort de ses poumons. Il essaiera de souffler le plus longtemps possible, afin de remplir entièrement son ballon de tout ce qui le perturbe et dont il voudrait se débarrasser.
- Lorsque son ballon sera « rempli » de soucis, demandez à votre enfant de faire un nœud imaginaire sur l’embout. Ensuite, il lancera son ballon vers le ciel… Il le « regardera » s’envoler de plus en plus haut, emportant avec lui tous ses ennuis. Comme c’est un ballon un peu particulier, il aura les pouvoirs de traverser les plafonds ou les murs de la maison, et il finira par devenir de plus en plus petit dans le ciel, jusqu’à disparaître définitivement… !

« J’aide mon enfant à surmonter son stress » de Sylvie Sarzaud, Editions Eyrolles, 10 euros

Alexandre Roux

VOIR AUSSI

Stress : j’adopte une alimentation zen pour la rentrée
Stress au travail : des accords en entreprise peu suivis d’effets
Les effets du stress seraient héréditaires
Sports antistress : la sélection de la rédaction
Tabac, stress et pilule : un cocktail explosif pour le cœur des femmes

L’INFO DES MEMBRES

Facebook, Twitter, facteurs de stress dans notre vie quotidienne

Dans l'actu