Se masturber, c'est tromper ?

Se masturber, c'est tromper ?
Se masturber, c'est tromper ?
Même s'ils sont en couple, les hommes s'adonnent parfois ou souvent au plaisir en solitaire. Régénération physique ou adultère psychologique ? Le point sur la masturbation masculine avec notre experte Sophie Bramly.
A lire aussi
Il avait été filmé se masturbant dans le métro : il écope de 8 mois avec sursis
News essentielles
Il avait été filmé se masturbant dans le métro : il écope...


Quelles que soient la qualité et la nature des rapports sexuels d’un couple, il arrive que les femmes tolèrent mal que leur conjoint ressente le besoin de se masturber. En périodes post-natales en particulier, lorsque le désir de certaines femmes est absent, les hommes choisissent fréquemment cette option, en attendant que la libido de leur partenaire se reconstitue. Pour eux, c’est une solution sans conséquences, à l’inverse de tromper. Bien que celle-ci semble maintenir au mieux l’équilibre du couple, certaines femmes le vivent aussi mal que l’adultère, avec la sensation de ne plus être assez aimée ou désirable, d’être abandonnée. Pourtant, se masturber n’est jamais tromper.

Le Dr. Allen Pacey, andrologue à l’Université de Sheffield, Angleterre, et secrétaire de la « British fertility Society » (société britannique de fertilité) explique que « Si notre perception est qu’un homme qui s’abstient améliore la qualité de son sperme, elle est vraie jusqu’à un certain point – 5 jours – mais après cela les choses se dégradent un peu. Plus le sperme reste dans l’appareil reproductif, plus il dégénère, meurt, libère des radicaux libres néfastes au nouveau sperme ». Une réaction en chaîne avec des effets négatifs. Le Dr Roy Levin précise lui que si le sexe ne remplace pas le sport, il permet en tout cas à ceux qui ne pratiquent pas de sport de maintenir leur cœur et le système respiratoire en bonne forme. Une abstention de quelques semaines est sans incidences bien sûr, mais, si les périodes sont longues, il y a alors des conséquences, notamment parce que, comme pour tous les autres organes du corps, il y a atrophie ou dégénérescence en cas d’inutilisation. Dans ce cas précis, c’est la production d'ocytocine et de prolactine qui réduit et qui a des effets sur l’humeur et l’esprit, quoiqu’ils soient encore mal mesurés. Des psychologues comme le Dr. Petra Boynton pensent que cela induit, entre autres, anxiété et frustration.

Mais le point sans doute le plus intéressant dans le cas qui nous intéresse ici, est celui avancé par le Dr. Roy Levin, qui pense également que la raison pour laquelle les hommes recourent tant à la masturbation, et avec tant de plaisir, c’est qu’ils auraient comme une conscience innée de ce que cela permet de régénérer du sperme frais. Une théorie de l’évolution qui aurait certainement enchanté Charles Darwin, mais nul ne sait ce que sa femme (et cousine) en aurait pensé …

Crédit photo : Hemera

VOIR AUSSI

Pour avoir envie de faire l'amour, faites l'amour !
Où sont les hommes nus ?
Orgasme clitoridien et vaginal : comment les reconnaître ?
Été : dénudez-vous !