Fifty shades of grey : décomplexées par EL James, les femmes se ruent sur les sextoys

Fifty shades of grey : décomplexées par EL James, les femmes se ruent sur les sextoys
Fifty shades of grey : décomplexées par EL James, les femmes se ruent sur les sextoys
C'est ce mercredi qu'est paru le deuxième tome de la saga d'EL James, « Fifty Shades of Grey ». Et alors que le premier volet s'est vendu à plusieurs millions d'exemplaire à travers le monde, une enquête du site d'actualité littéraire MyBOOX met en exergue l'explosion des jouets érotiques depuis sa parution.
A lire aussi
Nouvelle femme de cinéma : les confidences de Katharina Mückstein
News essentielles
Nouvelle femme de cinéma : les confidences de Katharina...


Alors que le deuxième tome du best-seller mondial d'EL James, « Fitfty Shades of Grey » (Cinquante nuances de Grey), vient de paraître, le site d'actualité littéraire MyBOOX s’est intéressé aux retombées du premier volet de cette saga sur la sexualité des Françaises. Et il semblerait que les galipettes érotiques des deux héros Christian et Ana aient donné des idées aux lectrices qui se sont ruées sur les sextoys et autres accessoires coquins. Un phénomène que confirme Elsa, responsable de la boutique Passage du Désir à Paris (IIe arrondissement) : « Le livre a vraiment boosté les ventes de boules de geisha », explique celle dont la boutique a vendu 20 fois plus d’exemplaires de ce jouet érotique que l’année dernière à la même période.  

De même que les boules, les bandeaux, menottes et autres petits fouets sont également victimes du succès du livre. Fun Factory, premier producteur de sextoys en France, confie vendre beaucoup plus de « tapettes à fesses » depuis la sortie du livre. « Auparavant, c’était impossible de vendre des tapettes à fesses ou des liens en latex. Là les ventes de tapettes ont augmenté de 300 % en un mois ». Dans ce contexte, les produits dérivés de la saga d'EL James jouissent forcément du même engouement : près de 30 000 exemplaires des sextoys et jouets érotiques estampillés « Fifty shades of Grey » ont ainsi été écoulés depuis la sortie de la collection, si l’on en croit Julie Dumoulin, responsable de la communication du distributeur StarnetWorld.  

« Ce livre est le symbole de la démocratisation du plaisir »

Pourquoi de telles retombées ? Pour Ingrid de la boutique marseillaise 1969 Curiosité Désirables, « le livre a permis de démocratiser la chose ». Responsable du réseau des vendeuses à domicile Fun Girl, Ava Oiknin partage ce point de vue. « Ce livre c’est surtout le symbole de la démocratisation du plaisir. Avant j’avais des clientes qui me disaient qu’elles n’osaient pas dire à leur mari qu’elles prenaient du plaisir avec une fessée », se souvient-elle, avant d’ajouter : « Maintenant les femmes osent rechercher le plaisir, et le prennent comme il vient ».

Crédit photo : Passage du Désir

VOIR AUSSI

Fifty Shades of Grey, le Viagra bio de ces dames ?
"50 nuances de Grey", "Dévoile-moi" : le Mommy Porn vous veut-il du bien ?
La littérature érotique fait de plus en plus d'effet aux Françaises
Mommy porn, avancées sur l'orgasme et le point G : le best of Hot de 2012