Sexisme : le vocabulaire de la pub renforce les stéréotypes de genre

Sexisme : le vocabulaire de la pub renforce les stéréotypes de genre
Sexisme : le vocabulaire de la pub renforce les stéréotypes de genre
Les publicités pour les jouets rendraient-elles nos garçons agressifs et machos ? Une blogueuse canadienne a comparé les mots utilisés dans les réclames de jouets pour filles et pour garçons : combat, pouvoir et action s’opposent à amour, mode, ongles ou bébés…
A lire aussi

Crystal Smith est rédactrice pour les medias et en marketing, et milite depuis toujours pour l’égalité des sexes et contre le sexisme envers les femmes. Sur son blog, cette Canadienne a décidé d’analyser à quel point la publicité pour les jouets pouvait formater l’esprit des petits garçons. Elle a recensé 658 mots dans 27 spots TV pour des jouets destinés aux garçons âgés de 6 à 8 ans. Pour les filles, elle a listé 432 mots à partir de 32 spots. Le résultat met en relief l’ampleur de la discrimination sexuelle dans la publicité pour les jouets, selon Crystal Smith, qui présente son étude sous forme de nuages de mots pour traduire la fréquence d’apparition des occurrences :

Publicités pour les jouets pour garçons :



Publicités pour les jouets pour filles :



Rien de très surprenant ici : on n’est pas prêts d’enlever les poupées aux petites filles ! Mais Crystal Smith s’inquiète surtout de la violence des mots et jeux qui s’adressent aux garçons : « en surlignant les mots, j’essaie d’attirer l’attention sur le vrai problème : pourquoi continue-t-on à croire que les garçons s’intéressent seulement aux choses qui se brisent, s’écrasent et se percutent ? Ici les mots reflètent les profonds stéréotypes entretenus sur les garçons : ils sont agressifs, aiment le bruit et l’action, et ne sont pas faits pour les jouets plus « domestiques » conçus pour les filles… »

 (source : Ecrans.fr)

VOIR AUSSI

La poupée à allaiter : un nouveau jouet pour les petites filles
Trucs et astuces contre le sexisme ordinaire
Répartition des tâches parentales : toujours autant d'inégalités