10 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur la fellation

10 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur la fellation
10 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur la fellation
Attention : ceci n'est pas une guide pratique de la fellation. Non, l'article de Thierry Leguay, auteur de La Fabuleuse histoire de la fellation (éditions la Musardine) recense quelques-uns des faits historiques les plus parlants sur cette pratique sexuelle hautement connotée.
A lire aussi

Article complet publié sur Le HuffPost

1. Osiris était l'un des dieux préférés des Égyptiens. Il fut tué et démembré par son frère Seth (dieu des ténèbres). Son épouse et sœur, Isis, reforma son corps. Anubis lui procura un pénis et Isis redonna vie à son frère en le suçant. Au British Museum est conservée une image très explicite de cette scène.

>> Fellation : 10 raisons d'y goûter <<

2. Dans la Rome antique, la distinction sexuelle ne se faisait pas entre le masculin et le féminin, mais entre l'actif (valorisé) et le passif (du côté de l'esclave et de la femme). Distinguo que l'on retrouve dans la fellation : il y a d'un côté l'acte positif de pénétrer (irrumare) et de l'autre celui de recevoir (fellare). Le "fellateur" était dévalorisé, et cette injure correspondrait à notre "enculé".

>> Cour de fellation : apprendre à sucer n'est pas tromper <<


3. Toujours chez les anciens Romains. À Pompéi, des inscriptions nous apprennent les noms de prostituées (Lahis, Myrtis, Veneria) et même leurs tarifs ! Lahis fellat assibus duobus : Lahis pratique la fellation pour un demi-sesterce. Somme dérisoire, puisqu'un bon salaire était alors de 5 000 sesterces !

>> Le sperme et ses bienfaits sur la santé <<


4. Les condamnations religieuses les plus virulentes relatives à la fellation viennent sans doute des catholiques irlandais entre le Ve et le XIe siècle. Selon leurs pénitentiels, le coït buccal était passible de 3 à 15 ans de pénitence : autant que pour un meurtre !

>> 5 remèdes étonnants contre la baisse de la libido <<


5. Le 23 novembre 1835, Juliette Drouet écrit à son amant, Victor Hugo :J'ai un appétit furieux de ton amour et de ta personne, et je te conseille de te tenir en garde devant mon grand amour, ma grande bouche et mes grande dents, car ces énormes dimensions ne sont que pour mieux t'aimer, mieux te baiser, et mieux te manger, mon cher petit chaperon noir.

Découvrez 5 autres anecdotes historiques sur la fellation sur Le HuffPost

Dans l'actu