Désir : acheter des fringues, mieux que faire l'amour ?

Désir : acheter des fringues, mieux que faire l'amour ?
Désir : acheter des fringues, mieux que faire l'amour ?
Dans cette photo : Kate Middleton
La presse a repris cette semaine une étude américaine du magazine People : 48% des deux mille sondées entre 18 et 49 ans ont déclaré préférer acheter un jean en solde que de faire l'amour. Mais où est donc passé le désir ? Le point de vue de notre experte Sophie Bramly.
A lire aussi
"Si on doit faire un film pour parler de la GPA, c'est notre histoire qu'il faut raconter"
News essentielles
"Si on doit faire un film pour parler de la GPA, c'est...

Les commentaires des journalistes qui ont repris les résultats d’une étude américaine du magazine People, comme ceux des blogueuses, étaient le plus souvent ironiques et moqueurs : « Cela prouve à quel point le sexe peut être décevant », « Le sexe c’est bien, mais le shopping c’est mieux », « 48% des femmes sont déçues du sexe », « J’irais un peu plus loin et dirais que certaines femmes préfèrent acheter tout et n’importe quoi plutôt que de faire l’amour », « J’adore les jeans et déteste le sexe »…

Les psychologues qui étudient la pathologie de l’achat compulsif (et un jean en solde ne fait pas d’une femme une acheteuse compulsive) constatent une augmentation régulière des chiffres (1,1% de la population générale), dont principalement des femmes (80 à 92%), parce que l’achat donne un sentiment d’euphorie. Ils notent aussi que cette compulsion est présente chez 32% des dépressifs, qui cherchent une compensation.

À l’inverse, faire l’amour, en atteignant ou non l’orgasme, provoque une sensation d’apaisement et les neuroscientifiques ont démontré que la stimulation des zones érogènes procure une sensation de récompense, qui est devenue majeure au cours de notre évolution.

On a envie de conclure qu’à l’approche des prochains soldes, pour se faire du bien, il vaudra mieux se dépêcher d’enlever son jean pour faire l’amour, que de courir en acheter un nouveau. Et pour transposer l’œuvre la plus célèbre de l’artiste américaine Barbara Kruger, qui ironisait sur notre monde de surconsommation avec son « I shop therefore I am », on dira dorénavant « I have sex, therefore I am » (je fais l’amour, donc je suis).

Sophie Bramly

VOIR AUSSI

Les sexologues : sauveteurs du désir
La bienséance contraint-elle le corps ?
Le sperme et la dépression

VOIR D’AUTRES HUMEURS SEXO DE SOPHIE BRAMLY

La place des femmes dans le désir des hommes

Prostitution et sexe virtuel : où est passé le vrai plaisir ?

Kate Middleton : de brillante jeune femme à épouse royale !

Adolescentes et femmes : même sexualité ?