Sexualité : comprendre le mécanisme des orgasmes

Sexualité : comprendre le mécanisme des orgasmes
Sexualité : comprendre le mécanisme des orgasmes
Trouver son point G, maîtriser le mécanisme de sa jouissance… Faut-il vraiment intellectualiser le plaisir, au risque de produire l’effet inverse et de le voir se bloquer ? Les hommes dissèquent-ils leurs orgasmes de la même manière ? Réponse de notre experte Sophie Bramly.
A lire aussi
Faut-il s'appeler Thomas pour pouvoir faire de la mécanique ?
News essentielles
Faut-il s'appeler Thomas pour pouvoir faire de la...

Disséquons : nous les femmes avons un clitoris, un vagin, des grandes lèvres, des petites lèvres, un point G situé dans le vagin,… Bref, des organes génitaux. De ceux-ci on nous dit qu’ils permettent à certaines d’entre nous d’être clitoridiennes, ou vaginales, ou femmes fontaines, ou anorgasmiques, ou au contraire multi-orgasmiques, ou frigides, etc. On ne se contente pas de disséquer, on crée également une échelle de valeur : la femme fontaine, celle qui connaît son point G, vient en haut de l’échelle, maîtrise tout de sa sexualité. La vaginale vient ensuite, sondée, référenciée, c’est la jouisseuse numéro 2, qui représente 23% des Françaises, puis la clitoridienne, parente pauvre, mais toujours mieux lotie que l’anorgasmique ou la frigide.
Ces avalanches d’informations, qui inondent nos médias depuis quelques années, ne nous laissent pas femmes libérées, mais le plus souvent perplexes, occupées à savoir ce qu’il faut faire pour être au plus haut de l’échelle, comme s’il y avait une recette de cuisine, ou un mode d’emploi. Et à vouloir trop chercher, on s’éloigne de notre plaisir, qu’on étouffe à force frustration.

Pourtant, il existe des solutions !
Posez la question aux hommes et demandez-leur de disséquer l’origine de leurs orgasmes : faut-il plus stimuler le gland ? Ou bien les testicules ? Ou encore la prostate ? Les trois à la fois ? Car eux aussi ont des zones érogènes plus sensibles que d'autres et connaissent des jouissances différentes. Ridicule ? Oui. A morceler le plaisir masculin, on doit pouvoir se rendre compte de l’absurdité qu’il y a à morceler le nôtre : le clitoris est comme un phallus interne (deux piliers et une ligne médiane) dont on ne voit que la partie émergente (avec un prépuce, un gland et un frein, comme chez l’homme) qui entoure le vagin et se contracte quel que soit le type d’orgasme.
Voilà qui devrait permettre de prendre son plaisir comme on l’entend. Et l’homme, comme la femme, devrait s’en trouver soulagé…

VOIR AUSSI

Prôner une sexualité organique, dernière tendance américaine

L’humeur sexo de Sophie Bramly : je te mange donc je t’aime

L’humeur sexo de Sophie Bramly : lifting sous la couette

L’humeur sexo de Sophie Bramly : le sperme et la dépression
L’humeur sexo de Sophie Bramly : l’extase et le miroir
L’humeur sexo de Sophie Bramly : ménopause ou mini-pause ?