Femmes : pourquoi été et infidélité font-ils si bon ménage ?

Femmes : pourquoi été et infidélité font-ils si bon ménage ?
Femmes : pourquoi été et infidélité font-ils si bon ménage ?
L’été est la saison la plus propice à l’infidélité féminine. C’est en tous cas ce que révèle une récente étude menée par le site Victoria Milan, laquelle explique également pourquoi c’est justement en cette saison que le déclic s’opère.
A lire aussi

Soyons clairs : toutes les femmes ne sont pas infidèles, ni n’attendent avec excitation l’été pour tromper leur conjoint.

L’enquête en question a été menée auprès de 3500 femmes ayant été ou étant infidèles à leur compagnon. Parmi elles, il s’est avéré que 70% étaient passées à l’action pendant l’été. En effet, pendant l'année, les couples, soumis à tous les aléas de la vie de famille et professionnelle, ont moins ou pas l’occasion de faire le point sur eux-mêmes. Pendant leurs congés estivaux, ceux-ci ont en revanche davantage le temps de se parler, de se retrouver et de pouvoir batifoler à leur guise, sans l’excuse perpétuelle de la fatigue, du manque de créneaux ou des réunions à préparer.

>> Faire l'amour une fois par semaine, c'est normal ? <<

Et c’est bien là que le bas blesse. En effet, on a demandé à ces infidèles estivales pourquoi elles avaient eu le déclic en été. Parmi les raisons évoquées, le manque d’enthousiasme et l’attirance sexuelle réduite de part et d’autre ont été évoqués par la majorité. Révélateur d’une érosion masquée pendant l’année, la saison chaude prouve en effet parfois aux partenaires que, loin de subir ces obligations qui réduisent la fréquence de leurs relations sexuelles, celles-ci leur permettent au contraire de n’avoir pas à se soumettre au diktat et des deux à trois rapports hebdomadaires que la société semble imposer aux couples dits « normaux ». Lâché dans le grand bain du farniente et des corps qui se dénudent, le couple se trouve parfois fort dépourvu face à son hypo-libido.

Un tiers des femmes interrogées a également invoqué la paresse de leur conjoint, constatée en vacances, et 19% trouvent carrément qu’il est toujours en train de se plaindre (sic). Enfin, 22% d’entre elles ont déploré que celui-ci regarde avec insistance les autres femmes sur la plage alors que, parallèlement, il affiche un manque d’intérêt notoire à leur encontre.

L'été, propice à une prise de conscience de sa frustration sexuelle

Pour toutes ces raisons, il semble donc que l’été soit propice à une prise de conscience chez la femme quant à sa frustration sexuelle, lorsqu’elle existe. Ainsi, près de la moitié compte sur une escapade entre amies pour profiter d’une aventure passionnée avec un inconnu et 27% prévoit de flirter en ligne avant de donner secrètement rendez-vous au nouvel objet de leur convoitise.

>> Sexe et calories : top des pratiques qui font perdre du poids <<

Quant à celles, et elles sont nombreuses, qui trépignent d’impatience à l’idée de s’ébrouer enfin à l’envi avec leur officiel, gageons qu’elles sauront profiter de ces moments à deux qui leur font tant défaut  pendant le reste de l’année.