La vidéo d'une agression sexuelle à Cannes retirée de Facebook... après trois jours

La vidéo scandale de l'agression dans un magasin de Cannes
2 photos
Lancer le diaporama
Le réseau social a supprimé après trois jours une vidéo montrant une agression sexuelle à la demande pressante de la secrétaire d'Etat chargée des Droits des femmes et des internautes.
A lire aussi
Pourquoi nous perdons notre appétit sexuel après un an de relation (et comment le retrouver)
News essentielles
Pourquoi nous perdons notre appétit sexuel après un an de...

Facebook a finalement cédé, après avoir fait la sourde oreille plusieurs jours aux demandes de suppression d'une vidéo montrant une agression sexuelle à Cannes. Il aura fallu l'intervention de Pascale Boistard, la secrétaire d'état chargée des Droits des femmes. "Facebook a finalement répondu à nos sollicitations", a déclaré le cabinet de cette dernière à Metronews mercredi 4 novembre. "Le profil de l'auteur des images a été suspendu et la vidéo supprimée pour 'infraction aux règles d'utilisation". Pascale Boistard a confirmé cette nouvelle sur Twitter.

La vidéo, qui montre une bande d'adolescents s'en prendre à une cliente dans un magasin d'alimentation générale à Cannes, a suscité l'indignation et la colère : on y voit en effet un jeune homme soulever la robe d'une jeune femme, puis lui donner une claque sur les fesses, provoquant les rires gras de ses camarades complices.

Le pire dans cette histoire est sans doute le fait que les auteurs de cette agression ne se sont pas cachés. Chacun des membres de la bande est en effet tagué sur la vidéo qui a été postée sur Facebook dans la journée du dimanche 1er novembre. La séquence choquante a été partagée par de nombreux internautes. Mais c'est à partir du moment où elle a été postée sur le site "Paye Ta Shnek" qu'elle a été repérée et signalée.

"J'ai l'habitude que l'on m'envoie de nombreux signalements. Mais là, ça a dépassé tous les records", a expliqué la fondatrice du site, qui relaie des témoignages sur le harcèlement de rue, à L'Express. Le collectif a alerté le cabinet de Pascale Boistard, qui a transmis les informations au sujet des agresseurs au ministère de l'Intérieur et tout mis en oeuvre pour que Facebook supprime cette vidéo. ce qui a finalement été fait mercredi soir.

Quant à l'auteur présumé de la vidéo, il a supprimé son profil sur Facebook et a fermé ses comptes sur Instagram et Snapchat au public, comme le rapporte L'Express.

Dans l'actu