"PMA-GPA, les enfants ont la parole", le documentaire à (re)voir pour entendre les concerné·es

"PMA-GPA, les enfants ont la parole", le documentaire à (re)voir pour entendre les concerné.es
"PMA-GPA, les enfants ont la parole", le documentaire à (re)voir pour entendre les concerné.es
Le documentaire "PMA-GPA, les enfants ont la parole" diffusé ce mercredi 9 février sur France 2 donne la parole aux enfants nés de PMA ou de GPA. Un film sensible et important à rattraper illico.
À lire aussi

Des témoignages d'enfants et de jeunes adultes, âgés de 8 à 20 ans, nés de la PMA et de la GPA. C'est ce qu'a recueilli un documentaire important, à voir en replay sur le site de France TV : PMA-GPA, les enfants ont la parole, diffusé dans l'émission Infrarouge ce mercredi 9 février sur France 2.

Une vision de société pensée par la journaliste Laure Granjon, et investissant plusieurs familles, afin d'apporter un autre regard sur la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui, qui ont pu faire l'objet de nombreuses critiques, mais aussi de luttes de longue haleine pour faire passer les lois.

"A l'adolescence, j'aimais pas trop en parler parce que j'avais peur de la réaction des autres. J'ai eu affaire à des propos homophobes. On m'a insulté de 'pédé' et de 'sale fils d'homosexuelles'. Ce qui n'est pas une insulte à mes yeux. Je suis très fier d'être fils d'homosexuelles", témoigne notamment Tom, 20 ans, né d'une PMA et élevé par ses deux mères.

"C'est comme un secret"


"C'est comme un secret. Je n'ai pas à dire à tout le monde que je suis née par mère porteuse, ça fait un peu bizarre. J'ai peur de comment ils vont réagir. Ils vont peut-être se moquer. Ils vont dire 't'es trop différente que nous, t'es pas née de la même manière que nous'.", déplore également Jade, 13 ans, dont les parents ont eu recours à la GPA.

Le documentaire s'attarde ainsi sur les préjugés et les violences que peuvent subir les enfants concernés. Pour certains, c'est un tabou, pour d'autres, un sujet à aborder librement. Au travers de ces voix, un constat parmi d'autres : les familles monoparentales semblent encore bien trop stigmatisées en France. "Beaucoup de personnes pensent que le problème c'est d'avoir des parents homos, mais en vrai le seul problème, c'est le regard qu'ils ont sur le fait que l'on ait des parents homos", explique ainsi Lou Ann, 11 ans.

"Qu'est-ce que la normalité ? Quel est le regard des autres ? Une relation avec sa mère porteuse est-elle possible ? Que signifie, pour ces enfants l'éventuelle absence d'un père ? Qu'est-ce qu'une famille pour eux ? Et comment ces enfants et ados ont-ils envie de construire leur vie plus tard ?", interroge encore le film.

Un documentaire à (re)voir pour entendre cette parole trop souvent absente des débats.