Trouver un job
Styliste
Publié le 16 juillet 2009 à 15:48
Par La rédaction
Je m’appelle Julia, j’ai 25 ans. J’exerce LE métier qui m’a toujours fait rêver. Pour y parvenir, mon bac Arts appliqués en poche, j’ai suivi des cours à l’Ecole de stylisme Studio Berçot puis à l’Academy of Art College de San Francisco, section Mode, pendant un an. Aujourd’hui, j’aime ce que je fais et tout va très bien !
Styliste Styliste© Denkou Images / Photononstop
La suite après la publicité

Je travaille dans la mode

Je suis styliste corseterie chez Princesse tam.tam. Avec l’équipe, nous créons les collections de la marque. Notre travail commence un an et demi avant la commercialisation de nouveaux modèles.

Pour cela, on commence par observer les tendances du moment pour essayer d’anticiper les courants de mode. On définit ensuite quelle histoire on veut raconter à travers chaque collection : cela s’appelle définir une « structure de collection ». Etape suivante : on détermine les couleurs, les matières, les formes dont on a envie pour nos modèles… Ca nous permet d’établir un premier dessin de look qui est ensuite transmis aux modélistes. Un prototype est alors fabriqué, que nous suivons de son élaboration jusqu’à sa validation. Après vient le moment de définir, en relation avec le service marketing, un style de fille et un univers pour les supports de communication (vitrines, books, etc.). Dernière étape, la commercialisation. On livre les clés pour « vendre » nos produits au service commercial de la boîte.

Mon quotidien

Mes journées commencent à 100 à l’heure, parce que je suis du genre à faire 10 000 choses en même temps : habillage, maquillage, brossage de dents, petit déjeuner et bisous à mon chéri ! J’arrive à mon travail vers 9 heures, en prenant les transports en commun. A midi, je fais une pause. Quant à faire une pause équilibrée, c’est une autre histoire… Le soir, je termine entre 18 heures et 21 heures, selon le moment où nous en sommes dans la création d’une collection.

Les avantages et les inconvénients du métier

J’apprécie la grande liberté de création donnée à l’équipe de style. Une liberté d’autant plus grande que les collections se renouvellent vraiment chaque saison ! Ce qui est aussi très enthousiasmant, c’est de pouvoir suivre toutes les étapes de la création avec les autres équipes : modélistes, développement, technique, qualité, commercial et marketing. Ensemble, nous formons une entreprise jeune et dynamique.

J’apprécie moins de devoir travailler aussi longtemps à l’avance. On n’est jamais sûr que  les couleurs, les matières, vont plaire un an et demi après ! Par ailleurs, on est contraints d’adapter nos envies à des contraintes de faisabilité, de prix, de qualité…

Faire la même chose que moi ?

Pour être une bonne styliste, montrez-vous curieuse de tout : n’hésitez pas à chercher les sources d’inspiration dans tous les domaines… Soyez patiente, à l’écoute des experts, et humble car ce métier s’apprend avec l’expérience. En même temps, soyez sûre de vous et n’hésitez pas à défendre vos convictions !

Infos pratiques

Compétences
à partir de Bac +2

Rémunération
Un styliste débutant gagne entre 1 500 et 2 400 € brut mensuels. Un styliste confirmé peut gagner plus de 4 000 € brut par mois. (Source : www.cidj.com )
Formation
Bac pro artisanat et métiers d’arts, BTS (stylisme de mode, design de mode), Diplôme de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, spécialisation design-vêtement (la formation a lieu en 4 ou 5 ans après sélection par concours).

Mots clés
Trouver un job emploi mode travail
Les articles similaires
"Les plus précaires des précaires, ce sont les femmes" : cette recyclerie 100% féminine du Lot "ramène les femmes vers l'emploi"
femmes
"Les plus précaires des précaires, ce sont les femmes" : cette recyclerie 100% féminine du Lot "ramène les femmes vers l'emploi"
17 juin 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news