Angelina Jolie s'est fait retirer les ovaires : ses confidences poignantes

Deux après sa double mastectomie, Angelina Jolie a subi une abalation des ovaires en raison d'un risque élevé de cancer.
Deux après sa double mastectomie, Angelina Jolie a subi une abalation des ovaires en raison d'un risque élevé de cancer.
Dans cette photo : Angelina Jolie
Près de deux ans après avoir subi une double mastectomie pour prévenir un risque élevé de cancer du sein, Angelina Jolie vient de révéler qu'elle avait reçu une nouvelle intervention chirurgicale préventive. L'actrice et réalisatrice de 39 ans s'est fait retirer les ovaires, encore une fois pour éradiquer les risques de cancer. Un choix médical dont elle s'est une nouvelle fois justifiée dans le "New York Times".
A lire aussi


"Ce n'est pas facile de prendre ce genre de décisions. Mais c'est facile de prendre le contrôle d'attaquer n'importe quel problème de santé de front. Vous pouvez demander des conseils, étudier les différentes options qui s'offrent à vous et faire les choix qui vous correspondent". Ces mots sont ceux d'Angelina Jolie. Près de deux ans après la publication d'une tribune dans le New York Times dans laquelle elle annonçait avoir subi une double mastectomie, la star de 39 ans récidive. Ce 24 mars, elle s'est à nouveau exprimée dans le quotidien américain pour expliquer, cette fois, son choix de se faire retirer préventivement les ovaires et les trompes de Fallope. Son médecin avait en effet détecté les signes avant-coureurs d'un cancer.

Dans son billet intitulé "Angelina Jolie : journal d'une opération chirurgicale", l'actrice et réalisatrice américaine raconte avoir reçu un appel de son médecin il y a deux semaines, ce dernier souhaitant lui communiquer le résultat de récentes analyses. "'Votre CA-125 est normal' m'a-t-il dit. J'ai poussé un soupir de soulagement. Ce test mesure la quantité de protéines CA-125 dans le sang et c'est un indicateur de cancer ovarien", écrit-elle. Un résultat encourageant qui en dissimulait toutefois un autre, bien plus inquiétant : la présence d'un nombre de marqueurs inflammatoires élevés qui, considérés dans leur globalité, pouvaient être le signe du premier stade d'un cancer, selon le professionnel de santé. "Je suis passée par tous les stades, comme des milliers de femmes dans une telle situation. Je me suis dit de rester calme, d'être forte. Je n'avais aucune raison de penser que je ne vivrai pas assez longtemps pour voir mes enfants grandir et rencontrer mes petits enfants", confie l'épouse de Brad Pitt.


"J'avais 87% de risque d'avoir un cancer du sein et 50% de risque de cancer des ovaires"

Une semaine plus tard, et après avoir subi des examens complémentaires dont les résultats se sont révélés encourageants – "Il y avait toujours une possibilité de début de cancer mais moins importante que s'il s'agissait d'une véritable tumeur", explique Angelina Jolie – la star bientôt quadragénaire décide malgré tout de poursuivre sa lutte contre les risques de cancer pesant sur elle. Une décision motivée par ses antécédents familiaux : trois femmes de sa famille sont en effet décédées des suites de cette maladie. "J'avais 87% de risque d'avoir un cancer du sein et 50% de risque de cancer des ovaires. J'ai perdu ma mère, ma grand-mère et ma tante à cause du cancer", insiste la mère de Maddox, Zahara, Shiloh, Pax Thien, Knox Léon et Vivienne.

Elle a donc subi une "salpingo-ovariectomie bilatérale" la semaine dernière. "Il y avait une petite tumeur bénigne sur un ovaire, mais aucun signe de cancer. J'ai un petit patch qui contient de l'oestrogène qui a été inséré dans mon utérus. Il m'aidera à maintenir un équilibre hormonal, mais plus important, il aidera à empêcher un cancer de l'utérus. J'ai voulu garder mon utérus parce que le cancer à cet endroit ne fait pas partie de mes antécédents familiaux", détaille-t-elle.


"Je suis maintenant ménopausée. Je ne pourrai plus avoir d'enfants"

Désormais rassurée par le fait que ses enfants n'auront jamais à dire "Ma mère est morte d'un cancer ovarien", Angelina Jolie est toutefois bien consciente des bouleversements qu'implique cette intervention chirurgicale. "Peu importe les hormones de remplacement qui me sont prescrites, je suis maintenant ménopausée. Je ne pourrai plus avoir d'enfants et je dois m'attendre à quelques changements physiques. Mais je suis à l'aise avec ce qu'il va arriver, pas parce que je suis forte mais parce que cela fait partie de la vie, il n'y a aucune raison d'avoir peur".

En subissant cette nouvelle opération préventive et en publiant cette seconde lettre ouverte, Angelina Jolie tient la promesse qu'elle avait déjà faite en mai 2013 : "alerter les femmes" d'une part, et "faire le suivi de toutes les informations qui pourraient leurs être utiles", d'autre part. D'ailleurs, elle précise qu'être porteuse du gène BRCA ne signifie pas qu'il faille se automatiquement précipiter vers la chirurgie. "Dans mon cas, les médecins que j'ai consulté étaient d'accord pour dire qu'une ablation des ovaires et des trompes était la meilleure décision". Mais bien sûr, chaque cas est unique.