Culture
Cinéma : "Gloria !", un portrait de femme musical et audacieux qui fait rimer sororité et symphonie
Publié le 12 juin 2024 à 10:30
Par Clément Arbrun | Journaliste
Passionné par les sujets de société et la culture, Clément Arbrun est journaliste pour le site Terrafemina depuis 2019.
L'envoûtant "Gloria !", à découvrir en salles dès ce 12 juin, nous fait voyager dans la Venise du 18ème siècle, à travers le regard d'une jeune fille dévoilant un talent inouï pour la création musicale. Un film euphorisant sur l'harmonie de la voix des femmes dans un monde d'hommes.
Cinéma : "Gloria !", un portrait de femme musical et audacieux qui fait rimer sororité et symphonie © Nour Films
L'envoûtant "Gloria !", à découvrir en salles dès ce 12 juin, nous fait voyager dans la Venise du 18ème siècle, à travers le regard d'une jeune fille dévoilant un talent inouï pour la création musicale. Un film euphorisant sur l'harmonie de la voix des femmes dans un monde d'hommes. Créer en silence, c'est ce que l'on exige aux jeunes filles de l'Institut Sant'Ignazio, orphelinat italien et très strict conservatoire. Dans cette Venise du 18ème siècle, ces femmes anonymes patientent en vue d'offrir au Pape Pie VII le concert symphonique qu'il mérite. Mais c'est des doigts de la très discrète et solitaire domestique Teresa que la magie va opérer...
Cette protagoniste incarnée avec beaucoup de conviction par Galatea Bellugi, l'une des révélations de l'excellent Chien de la Casse, ne voit le monde qu'à travers la musique qu'il offre, et ne décochera son premier mot... qu'au bout de 35 minutes de métrage. Ce n'est d'ailleurs pas le plus mince des exploits que propose avec une salutaire audace la cinéaste Margherita Vicario dans ce portrait de femme d'une grande justesse... Et pas dépourvu d'audace.
D'abord observatrice des concerts d'autrui, la timide Teresa va peu à peu s'approprier un piano-forte, qu'elle va transcender de ses doigts, l'usant la nuit, loin du regard des hommes autoritaires, en compagnie de ses consoeurs. S'installe dès lors une réjouissante sororité. Gloria! est avant tout un film sur la parole des femmes...
La suite après la publicité

Créer en silence, c'est ce que l'on exige aux jeunes filles de l'Institut Sant'Ignazio, orphelinat italien et très strict conservatoire. Dans cette Venise du 18ème siècle, ces femmes anonymes patientent en vue d'offrir au Pape Pie VII le concert symphonique qu'il mérite. Mais c'est des doigts de la très discrète et solitaire domestique Teresa que la magie va opérer...

Cette protagoniste incarnée avec beaucoup de conviction par Galatea Bellugi, l'une des révélations de l'excellent Chien de la Casse, ne voit le monde qu'à travers la musique qu'il offre, et ne décochera son premier mot... qu'au bout de 35 minutes de métrage. Ce n'est d'ailleurs pas le plus mince des exploits que propose avec une salutaire audace la cinéaste Margherita Vicario dans ce portrait de femme à découvrir en salles dès ce 12 juin. Portrait d'une grande justesse... Et pas dépourvu d'audace.

D'abord observatrice des concerts d'autrui, la timide Teresa va peu à peu s'approprier un piano-forte, qu'elle va transcender de ses doigts, l'usant la nuit, loin du regard des hommes autoritaires, en compagnie de ses consoeurs. S'installe dès lors une réjouissante sororité. En s'exprimant à travers l'instrument, ce personnage va rapidement transgresser une règle qu'on lui impose : "Tu es muette et tu dois le rester !".

Comme une note, non pas de piano, mais d'intention : oui, Gloria! est avant tout un film sur la parole des femmes...

Un film musical sur la voix des femmes qui témoigne de belles audaces artistiques

Dès la séquence d'introduction, où l'environnement alentour se métamorphose peu à peu en véritable comédie musicale, le public est amené à épouser le regard féminin, celui de Teresa, fille songeuse, mutique et introspective, mystérieuse et extrêmement attentive. La musique est pour elle un langage, une alternative aux mots qu'elle n'a pas droit d'exprimer.

On pense dès lors à une autre interprète qui a marqué notre mémoire de cinéphile : Ada, l'héroïne mélomane et tout aussi mutique du chef d'oeuvre de Jane Campion, La leçon de piano.

Margherita Vicario va donc à la fois mettre en scène la création musicale comme un geste intimiste, fait individuellement, de manière confidentielle, et qui suscite chez Teresa une profonde euphorie, mais aussi collectif, comme les prémices d'une révolution - les jeunes femmes de l'orphelinat évoquent d'ailleurs la Révolution Française et ne jurent que par une promesse : "Liberté Egalité Fraternité". Un désir de justice qui passe par la musique.

Et si ces mélodies soigneusement saisies par la caméra sont très caractéristiques de leur siècle, le film propose également une bande originale qui n'hésite pas à glisser... Vers l'électro ! Un élan de modernité pop réjouissant qui démontre une chose : la force féministe de ce récit est absolument moderne. Une expérience sonore enthousiasmante qui exige d'être vécue sur un siège, dans une salle obscure, comme le ferait un public face à un concert.

"Gloria !", un film de Margherita Vicario, avec Galatéa Bellugi, Carlotta Gamba, Margherita Vicario, Vincenzo Crea... En salles dès le 12 juin 2024.

Mots clés
Culture News essentielles cinéma sororité femmes sortie musique
Sur le même thème
"Elaha", le puissant portrait d'une jeune femme en quête d'émancipation play_circle
Culture
"Elaha", le puissant portrait d'une jeune femme en quête d'émancipation
9 février 2024
Cannes 2024 : Cate Blanchett fait rimer mode et politique avec une robe (très) osée play_circle
Culture
Cannes 2024 : Cate Blanchett fait rimer mode et politique avec une robe (très) osée
21 mai 2024
Les articles similaires
"Je t'envoie tout mon amour" : Isild Le Besco soutient Judith Chemla, victime de violences play_circle
Culture
"Je t'envoie tout mon amour" : Isild Le Besco soutient Judith Chemla, victime de violences
12 mars 2024
Les meufs prennent enfin le pouvoir aux Victoires de la Musique play_circle
Culture
Les meufs prennent enfin le pouvoir aux Victoires de la Musique
9 février 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news