Les accros aux selfies seraient de mauvais amants

Couples et selfies ne font pas bon ménage
Couples et selfies ne font pas bon ménage
Vous êtes tombée sur son profil Instagram et les (nombreux) selfies que vous avez admiré de lui vous ont donné envie de le rencontrer ? N'en faites rien ! L'addiction aux selfies rimerait avec mauvais amant. Et c'est la science qui le dit.
A lire aussi
"Raw water" : cette tendance qui cartonne aux Etats-Unis serait dangereuse
News essentielles
"Raw water" : cette tendance qui cartonne aux Etats-Unis...

Les personnes passant leur vie à faire des selfies ne cachent-elles pas quelque chose ? C'est justement le point de départ d'une étude menée par des chercheurs américains qui ont cherché à comprendre en quoi ces autoportraits pouvaient affecter la perception que l'on a de soi et la qualité de nos relations amoureuses.

Conflits et jalousie

L'équipe avait déjà réalisé une précédente étude intitulée "Le personnage idéal en ligne vs l'effet de la jalousie" qui leur avait permis de découvrir que les couples qui abusaient du selfie étaient plus susceptibles d'avoir une perception négative de leur union. Selon eux, cela serait dû à la différence entre le "personnage virtuel idéal" et celui de la vie réelle. Par ailleurs, ces adeptes du selfie auraient des relations plus conflictuelles avec leur partenaires, ces publications d'autoportraits flatteurs à répétition entraînant jalousie et parfois même flicage de la part de l'autre, engendrant une insatisfaction réciproque au sein de la relation, comme le concluent les auteurs de l'étude.

Ne jalousez pas les filles à selfies
Ne jalousez pas les filles à selfies

Narcissisme aigu

Autre élément révélé par l'étude - et au demeurant pas très surprenant, le fait que les narcissiques soient plus enclins à multiplier les selfies, vrillant parfois à l'obsession. Une recherche d'attention permanente qui serait nocive pour le couple à long terme. En effet, une autre étude a démontré que cela engendrait une baisse de qualité de la relation au fil des ans. Car, si les six premiers mois suivants la rencontre, les narcissiques sont en premier lieu perçus positivement par leur moitié, celui-ci paraissant d'autant plus attrayant (ce qui ne fait que booster davantage l'ego du partenaire autocentré), cet égocentrisme impacte ensuite le bien-être du couple, ce trait de caractère pouvant devenir particulièrement irritant pour l'autre.

Selfie ne rime pas avec bonheur

Moralité : on cesse de baver devant les clichés "selfisés" de beaux mecs. Quant aux nanas qui publient les clichés de manière compulsive toutes les heures (y compris nos copines qui entrent dans cette caste carrément énervante), on ravale notre courroux et on compatit. Elles ont beau être photogéniques, dans leur couple, ça ne doit pas être la joie tous les jours, si l'on en croit cette étude.