The Good Lie : l'incroyable odyssée des enfants perdus du Soudan

Inspiré de faits réels, "The Good Lie", qui sort ce 19 août en DVD, suit l'extraordinaire histoire de quatre orphelins, rescapés d'une attaque de leur village pendant la guerre civile du Sud-Soudan. Treize ans plus tard, ces "enfants perdus" se voient offrir une nouvelle vie aux Etats-Unis. Un éclairage émouvant sur l'un des conflits les plus meurtriers du 20e siècle.
A lire aussi

Soudan, 1987. Des gamins qui jouent, des rires, des chamailleries. Et soudain, le sifflement des balles, des cris, des corps qui s'affaissent. C'est dans cet effroyable chaos de la guerre civile du Sud-Soudan, débutée en 1983 et qui s'éternisera jusqu'en 2005, que 20 000 enfants devenus orphelins vont fuir leur village détruit par les troupes du gouvernement et les rebelles du sud pour se lancer dans une interminable marche à travers un pays exsangue vers une providentielle terre d'asile. Certains mourront de soif, de faim ou de maladie, d'autres tomberont sous les balles des soldats rencontrés en chemin. Après des milliers de kilomètres à pieds, les plus chanceux arriveront à rejoindre le camp de réfugiés des Nations Unis de Kakuma, au Kenya.

Treize ans plus tard, une seconde chance s'offre aux jeunes survivants : avec l'aide d'associations comme l'International Rescue Committee, 3600 garçons et filles tirés au sort seront accueillis aux Etats-Unis, répartis entre Atlanta, Boston, Dallas, Phoenix, Salt Lake City, San Diego ou encore Seattle.

La seconde chance des "lost boys"

C'est sur l'épopée souvent méconnue de ces "enfants perdus" du Soudan que s'est penché Philippe Falardeau avec son beau film The Good Lie. A travers l'odyssée de quatre orphelins, le réalisateur québécois a choisi de lever le voile sur le destin tragique de ces jeunes survivants en quête de paix, de liberté et d'éducation. Débarqués en Amérique en 2001, leur adaptation à cette culture si éloignée de la leur ne se fera pas sans mal. Mais loin d'observer ces ajustements avec condescendance à travers le prisme du "bon sauvage" qui se heurte à la modernité, The Good Lie met en lumière le courage et la dignité de ses héros.

Le long-métrage brosse un portrait délicat et juste de ces destins fracassés par l'une des guerres civiles les plus longues (20 ans) et meurtrières que le monde ait connue. Reese Witherspoon, petite bonne femme volcanique peu à peu touchée par ces exilés, reste en retrait pour mieux mettre en valeur la grâce extraordinaire des "lost boys", incarnés par de véritables enfants de la guerre. Couronné d'un prix du jury au Festival de Deauville 2014, The Good Lie offre, sans larmoyance, une ôde à la solidarité, l'engagement et la résilience.


The Good Lie, un film de Philippe Falardeau avec Reese Witherspoon, Arnold Oceng, Ger Duany, Emmanuel Jal et Nyakuoth Weil...
Sortie DVD le 19 août 2015

La bande-annonce de The Good Lie :

La bande-annonce du film The Good Lie
Dans cette vidéo : Reese Witherspoon
Les dossiers