Luc Besson inaugure (enfin) sa Cité du cinéma !

Pas moins de douze ans auront été nécessaires pour que la Cité du cinéma, imaginée en 2000 par Luc Besson, voie le jour. Et c'est aujourd'hui, en grande pompe, que sont organisées les deux inaugurations marquant la concrétisation du projet, auquel une partie de la profession était opposé.
A lire aussi


Il aura fallu pas moins de douze années à Luc Besson pour concrétiser son projet. Mais contre l’avis et le scepticisme d’une partie de la profession, sa Cité du cinéma a finalement vu le jour, en Seine-Saint-Denis. C’est d’ailleurs ce vendredi qu’elle est inaugurée… par deux fois.

Une première inauguration a en effet été organisée à la mi-journée en présence des élus, des institutions et des médias. Une autre est prévue, dans la soirée, au cours d’un dîner privé réunissant les plus grandes stars du 7e Art. Il fallait au moins ça, et la présence de Sophie Marceau, Jean Dujardin, Jamel Debbouze, Alain Terzian, Robert de Niro ou encore Michelle Pfeiffer, pour sceller la fin d’une décennie de galères administratives et financières.

Quoi qu’il en soit, c’est finalement une ancienne centrale thermique EDF, située à Saint-Denis, qui abrite la cité vouée à devenir un futur « Hollywood-sur-Seine ». Au total, 23 000 m² entièrement consacrés au 7e Art, dont 19 000 dédiés à EuropaCorp (la société de Luc Besson), 11 000 m² d'activités de production cinématographique et 10 000 m² répartis en neuf plateaux de tournage. Pour Christophe Lambert, directeur général d’EuropaCorp, ce projet marque la « fin d'une bizarrerie ». Et d’ajouter : « La France a le premier cinéma d'Europe mais c'était aussi le seul pays européen où il n'y avait pas d'infrastructures pour accueillir la production de films ».


Robert de Niro à la cafétéria

Outre les studios et les bureaux, le bâtiment accueille, sur 8 000 m², l’École nationale supérieure Louis Lumière ainsi que l’école gratuite et imaginée de toutes pièces par Luc Besson. Pendant deux ans, cette dernière formera, sans conditions de ressources ou de diplôme, une soixantaine d'élèves aux métiers d’auteur-scénariste, d’une part, et de réalisateur, d’autre part. Une aubaine pour les étudiants qui auront, en outre, l’occasion de côtoyer les plus grandes figures de cinéma international. « Ici, enseignement du cinéma et activité professionnelle sont mêlées. C'est une première en France. Les élèves peuvent croiser les stars d'Hollywood à la cafétéria, comme par exemple Robert de Niro », confirme Christophe Lambert.

D’ailleurs, la star américaine tourne en Seine-Saint-Denis, depuis plusieurs semaines déjà, « Malavita », le dernier long-métrage de Luc Besson, aux côtés de Michelle Pfeiffer et Tommy Lee Jones. Il en est de même pour Virginie Efira, à l’affiche de « Vingt ans d’écart », une comédie dont la sortie est prévue en mars 2013.

Et c’est ainsi depuis juillet dernier, les tournages ne cessent de se succéder. Preuve, s’il en fallait une, qu’un tel lieu était nécessaire en France. Enfin possible de créer un film de A à Z en France… Il était temps.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Le cinéma n'a jamais autant attiré les Français
Marrakech : Terre promise des jeunes talents du cinéma
Quand Hollywood s'installe à Toulouse
Claude Lelouch veut ouvrir une école de cinéma en 2012