Leila Bekhti, lauréate des César, parcours du nouvel espoir du cinéma français

Leila Bekhti, lauréate des César, parcours du  nouvel espoir du cinéma français
Leila Bekhti, lauréate des César, parcours du nouvel espoir du cinéma français
Dans cette photo : Leïla Bekhti
C’est très émue que l’actrice Leila Bekhti est montée sur la scène des César pour récupérer son prix du « meilleur espoir féminin » pour le film « Tout ce qui brille ». La jeune femme de 26 ans, visiblement très surprise de recevoir ce trophée, confirme son talent et la carrière prometteuse qui l’attend.
A lire aussi

C’est en 2005 que le destin de Leila Bekhti bascule. Benjamine d’une famille algérienne installée à Bagneux (Issy-Les-Moulineaux), la jeune femme obtient son baccalauréat littéraire option théâtre, puis s’inscrit dans plusieurs écoles de théâtre sans grande conviction. Pourtant, cette année-là, encouragée par ses amis, elle décide de se rendre au casting du film « Sheitan », de Kim Chapiron, avec Vincent Cassel. Sorti en salles le 1er février 2006, le thriller français restera 13 semaines à l’affiche, réalisant près de 300 000 entrées. Grâce à ce film, Leila Bekhti se fait remarquer et la même année, elle interprète le rôle de Leila dans le téléfilm « Harkis », réalisé par Alain Tasma. Sa carrière est lancée.

Les rôles se succèdent. De « Choisir d’aimer » de Rachid Hami, en passant par « Mauvaise foi » de Roschdy Zem ou encore « Pour l’amour de Dieu », téléfilm d’Ahmed Bouchaala, Leila Bekhti enchaîne les tournages et commence a réellement entrer dans le monde du cinéma. En 2009 c’est l’année de la consécration. Géraldine Nakache, qui a remarqué sa prestation dans « Mauvaise foi », lui propose le rôle de Lila dans le film « Tout ce qui brille », son premier long métrage, coréalisé par Hervé Mimran. Sorti le 24 mars 2010, le film obtient très vite un vrai succès public et réalise plus d’1,3 million d’entrées. Un succès qui lui vaudra d’obtenir le Swann d’Or, la révélation féminine 2010 au Festival du film de Cabourg, mais surtout le César du « meilleur espoir féminin » remporté vendredi.

Totalement déstabilisée par la remise de ce trophée, la jeune femme a remercié Géraldine Nakache, sa famille pour avoir « rendu sa vie plus belle, plus douce, plus tout », et a dédié son César à son mystérieux "prince charmant" (s'agirait-il toujours du Césarisé de l'année dernière, le charismatique Prophète Tahar Rahim ?) en lui déclarant : « Avant toi y’avait rien mon cœur, je t’aime ».

Un premier César, mais peut-être pas le dernier…

Revoir Leila Bekhti recevant son César :

VOIR AUSSI

Cesar 2011 : "Des hommes et des dieux" remporte le prix du "Meilleur film"... des internautes

Cesar 2011 : tout ce que vous devez savoir sur la cérémonie