Twitter : Najat Vallaud-Belkacem veut mettre fin aux dérapages

Twitter : Najat Vallaud-Belkacem veut mettre fin aux dérapages
Twitter : Najat Vallaud-Belkacem veut mettre fin aux dérapages
Après la série de hashtags homophobes, racistes et antisémites diffusés sur Twitter, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé dans une tribune du Monde datée de samedi, qu'elle souhaitait lancer une concertation avec les associations à partir du 7 janvier afin d'éviter ces dérapages.
A lire aussi
Inégalités salariales : Marlène Schiappa dévoile le plan du gouvernement pour y mettre fin
News essentielles
Inégalités salariales : Marlène Schiappa dévoile le plan...


Comme elle l'avait déjà laissé entendre la semaine dernière, la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé dans le Monde daté de samedi une concertation entre Twitter et les associations à partir du 7 janvier. « Je souhaite que nous puissions travailler ensemble, en lien avec les acteurs associatifs les plus concernés, à la mise en place de procédures d'alerte et de sécurité qui permettront que les événements malheureux que nous avons connus ces dernières semaines ne se reproduisent plus ».

En effet, depuis plusieurs mois, une série de messages homophobes, racistes et antisémites ont été diffusés sur le site de microblogging par l’intermédiaire des hashtags #unbonjuif , #SiMaFilleRamèneUnNoir ou encore du dernier en date #simonfilsestgay. « Ce travail s'engagera le 7 janvier 2013, a annoncé la ministre. Je souhaite en particulier que l'entreprise Twitter puisse examiner les conditions de mise en place de dispositifs concourant à la lutte contre les infractions en matière de provocations ou d'injures... ». Selon le cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, l'entreprise américaine n'a pas encore confirmé sa présence.

« À l'heure où le gouvernement met en œuvre un programme d'actions contre les violences et les discriminations commises en raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre, j'ai souhaité, sans préjudice d'éventuelles actions judiciaires, en appeler au sens des responsabilités de l'entreprise Twitter inc., pour qu'elle contribue à prévenir et à éviter de tels débordements » continue la ministre des Droits des femmes. « Cela signifie que l'entreprise Twitter doit trouver des solutions pour que des messages envoyés depuis notre territoire, dans notre langue et à destination de nos concitoyens ne portent pas une atteinte manifeste aux principes que nous avons fixés », écrit-elle encore.

Déjà il y a quelques mois, des associations juives de France avaient demandé à l’entreprise américaine de retirer des contenus antisémites suite au hashtag #unbonjuif. L'entreprise avait refusé en expliquant qu'elle ne faisait pas de « modération de contenu ». Mais pour la ministre, il s'agit « d'engager un dialogue pour examiner les mesures qui pourraient être prises afin que l'outil universel qu'est Twitter demeure un instrument de progrès, au service de l'échange des idées, de la concorde, et non un instrument de propagation de la haine raciste, xénophobe et homophobe ».

Crédit photo : Abaca

VOIR AUSSI

#Simonfilsestgay : des députés PS disent non aux hashtags homophobes
#unbonjuif : peut-on porter plainte contre les trend topics antisémites sur
Twitter ?
#UnBonJuif : pourquoi Twitter n’a pas supprimé les tweets antisémites ?
Êtes-vous accro à Twitter ?

Dans l'actu