The Big Internet Museum : de Lycos aux Lolcats, toute la Toile dans un musée

The Big Internet Museum : de Lycos aux Lolcats, toute la Toile dans un musée
The Big Internet Museum : de Lycos aux Lolcats, toute la Toile dans un musée
Usages, concepts, appli, outils : tout ce qui fait ou a fait Internet est réuni en un seul endroit, The Big Internet Museum. Ce musée en ligne a été lancé par trois Néerlandais en décembre pour conserver pour la postérité les bases et les évolutions successives d'Internet.
A lire aussi


Hier il y avait Usenet, aujourd’hui il y a les forums. Il y avait Lycos, le Wap, ICQ, le premier chat en ligne racheté par AOL en 1998, le modem 56kbits/s ; maintenant le Wifi, Google et les réseaux sociaux règnent en maîtres sur le monde numérique. Pour compiler toutes les trouvailles et les évolutions d’Internet, trois Néerlandais ont créé un musée en ligne : The Big Internet Museum.

On y apprend que le « chat lingo », traduisible en français par « langage SMS », est apparu aux alentours de 1988 pour gagner du temps en envoyant des messages textes plus courts, ou que le Smartphone est né en 1992 dans les locaux d’IBM, soit 15 ans avant la sortie du premier iPhone. Pour figurer dans ce musée des antiquités d’Internet, les concepts doivent avoir été proposés par les internautes, demande motivée à l’appui. Une fois les candidatures approuvées par les créateurs du site, les visiteurs votent. 

Les explications sont succinctes pour chaque concept. Pour un historique plus long, il existe aussi les « expositions temporaires » où l'idée est décortiquée. Actuellement, c’est le logiciel Flash qui est à l’honneur dans cette section.

Pour succéder au dernier entrant en date, le Gangnam Style du Coréen Psy, visionné plus d’un milliard de fois sur Youtube, Anonymous, Foursquare, Vimeo, The Pirate Bay ou encore Wikileaks sont des candidats très sérieux.

VOIR AUSSI

Quelques femmes du numérique ! : 200 e-entrepreneuses dans l'objectif d'Olivier Ezratty
Marjane Satrapi expose ses portraits de femmes à Paris
Poster for tomorrow : 100 affiches pour l'égalité hommes-femmes
"Oh my gode ! Acte II" : quand les sextoys deviennent œuvres d'art