Pornographie : un filtre par défaut sur tous les ordinateurs du Royaume-Uni

Pornographie : un filtre par défaut sur tous les ordinateurs du Royaume-Uni
Pornographie : un filtre par défaut sur tous les ordinateurs du Royaume-Uni
Dans cette photo : David Cameron
Trop c'est trop : pour David Cameron, Premier ministre britannique, la pornographie en ligne est un fléau qu'il compte bien endiguer. Et pour limiter l'accès aux images classées X, une solution : un filtre obligatoire pour les fournisseurs d'accès, que les clients pourront ensuite désactiver ou non. Également dans la ligne de mire du gouvernement : le porno trop violent, désormais interdit.
A lire aussi


Victoire pour David Cameron, le Premier ministre britannique, qui a décidé de s'attaquer à la pornographie outre-Manche. Pour empêcher l’accès des plus jeunes à des sites pornographiques, il a trouvé une solution. Ce 22 juillet, il annonce de sérieuses mesures qui s’appliqueront d’emblée à chaque foyer.

Filtre antiporno obligatoire

Chaque fournisseur d’accès à Internet devra mettre un filtre antiporno à chaque nouvelle ouverture de compte. Pas de panique pour les Britanniques, ils ne seront pas privés de sites en .xxx à vie : le propriétaire de la ligne pourra ensuite retirer le filtre s’il le souhaite. S’il décide de garder le filtre, il pourra être notifié par SMS si un membre du foyer essaie de hacker la protection. Avant, chaque offre d’abonnement n’avait pas de filtre par défaut. Les filtres seront également de mise pour les mobiles ayant accès à Internet.

Les personnes ayant déjà souscrit à une offre d’abonnement Internet seront contactées par leur fournisseur d’accès et devront choisir entre un Internet 100% libre, ou un filtre « familial » bloquant tout contenu adulte. S’ils ne répondent pas à leur fournisseur d’accès, un filtre sera mis automatiquement.

Fini le porno trop violent

Autre mesure souhaitée par David Cameron : l'interdiction des films pornographiques trop violents, comme ceux qui simulent des scènes de viol. Ils seront bannis du web, mais également des sex-shops. « Ces images normalisent la violence envers les femmes », en plus d’empoisonner la jeunesse, assène Cameron.

Pour 6 parents sur 10, l’accès trop facile à ce genre d’image est source d’inquiétude : et il y a de quoi, un tiers des enfants ayant déjà été confrontés à de la pornographie avant leurs dix ans.

Victoria Houssay

VOIR AUSSI

Porno : pourquoi l'Europe refuse de l'interdire
La non-étude qui prouve que tous les jeunes regardent du porno
Le porno influence peu la vie sexuelle des jeunes
Le porno chez les ados : ça se passe sur smartphones

Dans l'actu