Rentrée littéraire 2012 : Véronique Olmi, « Nous étions faits pour être heureux »

Rentrée littéraire 2012 : Véronique Olmi, « Nous étions faits pour être heureux »
Rentrée littéraire 2012 : Véronique Olmi, « Nous étions faits pour être heureux »
Dans cette photo : François Hollande
A soixante ans, Serge a réussi sa vie. Directeur d'une agence immobilière de luxe, il est choyé par une épouse jeune et belle, et deux beaux enfants. Pourtant il déambule dans le Paris chic et bobo de Montmartre comme un étranger. Après le succès de « Cet été-là », Véronique Olmi signe avec « Nous étions faits pour être heureux » (Albin Michel) le roman d'un coup de foudre salvateur, point de départ d'un voyage vers le passé. Un coup de cœur de cette rentrée littéraire.
A lire aussi

Terrafemina : Dans ce nouveau roman, on découvre l’envers du décor de la vie douce et aisée de Serge, et de sa parfaite et jeune épouse Lucie. Père et chef d’entreprise comblé, il semble qu’il subisse sa vie. Comment est né ce personnage ?

Véronique Olmi : Le personnage est né d’une question : qu’est-ce que le désir ? L’attirance ? J’avais envie de décrire une attirance immédiate, violente, urgente, d’un homme qui vit dans le beau, le confort, la jeunesse (sa femme a 30 ans de moins que lui), pour une femme qui est l’inverse de cela. A savoir, une femme de 40 ans, ordinaire, d’apparence banale. Qu’est-ce qui s’arrache à lui pour aller vers elle ? Quelle part de son être ? Quel est le rôle de l’inconscient dans le coup de foudre, qu’est-ce qu’il perçoit de la personne qui vous attire sans raison, croit-on.

Tf : Dans « Cet été-là », votre dernier roman, on trouvait déjà le thème du mensonge qu’on se fait à soi-même et du déni ; ce sujet vous attire-t-il particulièrement ?

V.O. : Ce qui m’attire, c’est le thème du double. La complexité. Nous sommes toujours plus vastes et ambigus que ce que nous laissons paraître, ou de ce que les autres veulent bien voir. Pour vivre avec cette dualité nous pouvons être dans le déni, le mensonge, le paraître, nous pouvons nous persuader que ce qui est tu n’existe pas, ou bien qu’il suffit d’oublier ses blessures, ses culpabilités, pour qu’elles finissent par disparaître. Or, rien ne s’oublie. Tout se cumule et s’accumule. Et un jour, la vérité de notre être, double et complexe, se tient en face de nous. Ce qui m’intéresse en tant que romancière c’est : qu’est-ce qu’on fait alors, dans ce moment charnière et crucial ?

Tf : La rencontre avec Suzanne, foudroyante et évidente pour Serge, est-elle un signe du destin, comme pour annoncer le moment où il doit revenir vers son passé et faire face ?

V.O. : Je ne sais pas si c’est le destin ou une chance formidable qui lui est donnée de faire face à la vérité, si étrange et douloureuse soit elle. Suzanne, en permettant à Serge de lui livrer le secret de son enfance, lié à une culpabilité énorme et une blessure filiale, lui permet d’une part d’affronter son père, de découvrir un autre pan de la vérité, et aussi de lâcher son armure d’homme comblé, riche et heureux, qui ne le protégeait plus de rien, mais le lestait au contraire et le mettait presque à terre.

Tf : Qu’est-ce qui attire Serge vers cette femme, pas vraiment belle, moins jeune que son épouse, et si différente de lui ?

V.O. : Ce qu’il ressent immédiatement, dés qu’il la voit, c’est qu’elle vit sans avoir peur. Elle est son exacte inverse. Elle est dans le présent, dans le moment, elle accorde des pianos, elle vit une vie simple mais harmonieuse. Cette vie ne la comble pas, mais Suzanne est un être concret et sans faux fuyant. C’est vraiment cette absence de peur qui la rend libre, qui attire Serge quand il la voit la première fois.

Tf : C’est l’histoire d’un coup de foudre, et d’une relation adultère, pourtant le roman va bien au-delà de cela. Le couple est-il pour vous un sujet de départ qui renferme tous les autres ?

V.O. : J’ai écrit des romans sur la relation parents enfants (« Bord de mer », « Numéro Six », « La Promenade des Russes », par exemple) et ce n’est pas tant la relation « homme-femme » qui me fascine mais celle qui lie deux personnes, qui s’aiment, et donc, l’histoire commence. Il n’y a pas d’histoire, hors de l’amour, il y a juste de l’indifférence, et qu’écrire sur l’indifférence ? (la haine est l’autre versant de l’amour). Ce qui m’attire c’est le mystère de la relation qui se tisse et qui est faite de milliers de fils divers : la possession, la passion, la perversité, la communion, la névrose, la découverte, tout ce que l’on vit de beau par amour, mais aussi tout ce que l’on accepte ou subit au nom de « l’amour » qui revêt bien des déguisements, des apparences. Qu’est-ce qui lie deux êtres entre eux ? Si on se penche sur cette question, on se penche forcément sur l’identité et l’âme de ces personnes-personnages…

Tf : Comment l’envie d’une nouvelle histoire survient, lorsqu’on a déjà publié une dizaine de romans ?

V.O. : Elle surgit de l’inconscient. On l’a en soi depuis longtemps, parfois sans le savoir, et c’est elle qui choisit le moment où elle va apparaître, vous obséder, et être inévitable.

Tf : Pouvez-vous nous parler de vos lectures récentes ?

V.O. : Je viens de lire « Pourquoi être heureux quand on peut être normal » et « Les oranges ne sont pas les seuls fruits » de Jeanette Winterson, et j’en parle à tout le monde ! C’est merveilleux de découvrir un auteur, surtout quand il est de l’importance de Jeanette Winterson. Pour moi ces deux livres contiennent tout : la quête et la construction d’un individu, la puissance de l’imaginaire, et aussi le rapport à l’écriture et à la vérité qui n’existe pas et que l’on cherche sans répit et sans l’appréhender tout à fait. Ces deux livres sont des romans philosophiques.

Tf : Quel est le livre que vous avez lu deux voire trois fois ?

V.O. : « Une vie » de Maupassant, trois fois, et « L’Idiot » de Dostoïevski, deux fois… Ce qui évidemment ne prend pas le même temps de lecture ! J’aime les livres et les auteurs avec lesquels on en n’a jamais fini, parce qu’ainsi on peut revenir vers eux sans cesse. Les retrouver et les redécouvrir, et se souvenir en les relisant, de qui on était la dernière fois qu’on les a lus. On relit le livre et soi même.

Tf : L’auteur qui vous a donné envie d’écrire ?



V.O. : C’est compliqué, parce que les grands auteurs que j’aimais m’ont plutôt empêchée d’écrire. A quoi bon écrire qu’on a le cafard quand on a lu « Les fleurs du mal » ou parler des anges quand on a lu Rilke ? Il a fallu les oublier pour me lancer. En même temps je sais que sans eux, sans l’accompagnement quotidien des livres (Délivre !) je n’aurais jamais écrit. Et c’est valable aujourd’hui encore. Je ne continuerai pas sans eux, la lecture est une façon d’être au monde, de le supporter et de l’éclairer aussi. Impossible de respirer sans eux.

Véronique Olmi, « Nous étions faits pour être heureux », Albin Michel, 18 €.

Découvrez la sélection de la rédaction dans notre dossier spécial rentrée littéraire.


VOIR AUSSI

Rentrée littéraire 2012 : un cru de romans sombres
Marilyn Monroe de A à Z : le dictionnaire 100% Marilyn
Marie Blanche : un roman familial signé Jim Fergus
Rentrée littéraire 2012 : Marie Edith Cypris, « Mémoires d'une transsexuelle »
Rentrée littéraire : François Hollande et Valérie Trierweiler stars de 7 livres
Rentrée littéraire 2011

Plus d'actu sur : Rentrée littéraire 2012

"Le monde était à nous" de Closets : quand Sartre a refusé le Nobel - vidéo
"Dans le harem de Kadhafi", l'enquête fascinante d'Annick Cojean - vidéo
Rentrée littéraire : "Tigre, tigre !" de Margaux Fragoso