"Une autre idée du bonheur" : Marc Levy nous emmène en roadtrip - interview

"Une autre idée du bonheur" : Marc Levy nous emmène en roadtrip - interview
"Une autre idée du bonheur" : Marc Levy nous emmène en roadtrip - interview
Dans cette photo : Marc Lévy
Milly et Agatha ne se connaissent pas… Elles vont pourtant partir en Oldsmobile décapotable sur les routes des États-Unis sur les traces du passé plutôt agité d’Agatha : années 1960, jeunesse révolutionnaire, attentats, prison… mais aussi trahisons et vilains secrets de famille. Marc Levy nous a parlé de son nouveau roman, « Une autre idée du bonheur » (Éd. Robert Laffont) entre une gorgée de verveine et une bouffée d’American Spirit.
A lire aussi
La "ronron thérapie" dans les écoles, une bonne idée ?
News essentielles
La "ronron thérapie" dans les écoles, une bonne idée ?




Terrafemina : Qu’est-ce qui vous a replongé dans les sixties et les mouvements révolutionnaires de l’époque ? Une lecture ? Un film ?

Marc Levy : Je savais que « Howl » [poème d'Allen Ginsberg publié en 1956 par Lawrence Ferlinghetti, pierre d’angle de la littérature beatnik, qualifié d’« obscène », il fera l’objet d’un procès retentissant ndlr.] avait été l’étincelle qui avait enflammé la jeunesse américaine. Cette jeunesse va pratiquement prendre le pouvoir, c’est quand même à elle que l’on doit, 40 ans plus tard, le premier président américain qui est un homme de couleur, c’est à cette jeunesse que l’on doit les mouvements de libération de la femme, c’est à cette jeunesse que l’on doit la fin du régime de l’apartheid, et c’est à cette jeunesse que l’on doit la fin de la guerre du Viêt Nam et de la politique colonialiste, impérialiste américaine. La phrase que j’avais en tête au moment de commencer ce roman c’est : « Qui aurait pu penser que ce poème serait l’étincelle qui allait enflammer l’Amérique ? »

>> Marc Levy est l'auteur français le plus populaire au monde <<

Tf : Est-ce que vos deux héroïnes vous ont été inspirées par quelqu’un ?

M. L. : Milly c’est toutes ces jeunes filles qui sont nées dans la liberté et la démocratie et qui du coup à 30 ans ne savent pas ce que c’est parce que c’est leur milieu ambiant. Agatha, elle, est née de plusieurs rencontres que j’ai faites dont une vraie Agatha… et vous n’en saurez pas plus parce que les crimes ne sont pas proscris ! [Le personnage d’Agatha a passé 30 ans en prison pour un attentat politique ndlr.]

Tf : Agatha sort donc de prison, ne connaît pas les capsules Nespresso et est surtout choquée par la tournure à la Orwell qu’a pris le monde – traçage des portable et des CB etc. C’est quelque chose qui vous préoccupe ?

M. L. : Oui, ça m’inquiète. Aujourd’hui, quelle que soit la liseuse sur laquelle vous lisez un livre, votre lecture est fliquée, la liseuse renvoie des informations sur les mots que vous avez surlignés, les citations que vous avez soulignées, les auteurs que vous lisez, votre profil de lecture. La France n’a aucun pouvoir sur ça, en revanche, si l’Europe impose des lois très strictes aux multinationales pour le respect de la vie privée des gens, demain on sera de nouveau libres.

Tf : Pour la jeunesse de cette époque, cette « autre idée du bonheur » c’était vivre autrement qu’avec la télé et le frigo dernier cri comme leurs parents, Quelle était votre autre idée du bonheur quand vous étiez jeune ?

M. L. : C’était partir découvrir le monde et bouter hors du paysage la tribu des « pas possible ». Je vous raconte une anecdote : Igor Bogdanoff, dans ma jeunesse, présentait une émission sur la chaîne publique qui s’appelait « Temps X » et un jour il a dit : « Dans quelques années, nous aurons tous dans notre poche des téléphones de la taille d’un paquet de cigarettes qui nous permettront d’appeler partout dans le monde ». Il a eu un appel du ministre des Télécommunications qui lui a dit : « Monsieur Bogdanoff, j’aime beaucoup votre émission, mais vous êtes sur une chaîne publique, vous ne pouvez pas dire n’importe quoi. » Cinq ans après, le téléphone portable était inventé. Dans ma jeunesse, on ne rencontrait que des « pas possible ».

Tf : Vous l’avez fait le roadtrip de Milly et Agatha sur la route 66 ? Quelles sont vos étapes cultes ?

M. L. : Toutes celles par lesquelles passent Milly et Agatha. Elles existent toutes. Le Blue Swallow Motel de Poopsie Gallena, l’étoile géante de Roanoke, les grottes de Luray, le Bed&Breakfast de Vera. Il y a plein de gens dont je parle dans mon roman et qui existent vraiment aussi comme le couple qui invite toutes les semaines un sans-abri à dîner.

>> Dans la valise de Marc Levy pour une virée à New York <<

Tf : Vous l’avez fait en Oldsmobile décapotable ?

M. L. : J’aurais adoré mais non ! Vous savez, cette voiture c’est même pas une voiture chère, c’était une voiture très populaire mais on n’en trouve plus. Ma voiture à moi ? Une coccinelle cabriolet de 1964.

Tf : Pour un road trip sur la route 66, vous êtes plutôt Bach et Glenn Gould comme Milly ou Bruce Springsteen et Joan Baez comme Agatha ?

M. L. : Ça dépend de l’heure de la journée. Au coucher du soleil, écouter un peu de Glenn Gould c’est pas mal et du Miles Davis la nuit sur la route…

>> Marc Levy nous parle d'écologie, du mariage gay et de son nouveau roman <<

Dans l'actu