Merci pour ce moment : pas de suite pour Valérie Trierweiler

Merci pour ce moment : pas de suite pour Valérie Trierweiler
Merci pour ce moment : pas de suite pour Valérie Trierweiler
Dans cette photo : Valérie Trierweiler
« Merci pour ce moment » n'aura pas de tome 2, Valérie Trierweiler l'a confirmé lors d'une interview accordée à la station French Radio London, lors de sa tournée promotionnelle outre-Manche.
A lire aussi


François Hollande peut souffler : son ex, Valérie Trierweiler, n'a pas prévu de donner de suite à son brulot peopolitique Merci pour ce moment, dans lequel elle dissèque sa relation avec le président de la République. L'ancienne Première dame l'a confirmé à la station Radio French London lors de sa tournée promotionnelle en Grande-Bretagne.

Interrogée par la journaliste Rachel Bourlier sur la parution d'une éventuelle suite, Valérie Trierweiler s'est montrée catégorique : « Je n'ai pas tout dit dans ce livre. Il y a des choses que je garderai pour moi de toute façon mais je pense que je n'en dirai pas plus, en tout cas publiquement », a-t-elle déclaré. Avant de confirmer que l'édition poche contiendra quelques passages inédits : « Il n'y aura pas de tome 2, ça c'est certain. D'abord parce que l'histoire avec François Hollande est terminée et bien terminée. Ensuite, sans doute, pour le format poche, j'ajouterai quelques pages sur la suite du livre, comment tout ça s'est passé. Mais en tout cas, j'ai hâte de tourner la page, et même le livre, et de passer à autre chose, d'avoir une nouvelle vie. »

« Je ne serai plus jamais journaliste politique »

Si Valérie Trierweiler n'a plus l'intention d'écrire sur le président, elle n'a pas sa langue dans sa poche pour donner son avis sur les socialistes qui se sont permis de critiquer sa démarche. « Je n'ai pas beaucoup de leçons de morale à recevoir d'élus qui ont été condamnés par la justice, Jean-Christophe Cambadélis comme Jean-Marie Le Guen. Je demande aux hommes politiques d'être exemplaires avant de demander aux autres de l'être. Moi, je ne fais rien d'autre que de raconter mon histoire. Et ça, c'est ma liberté, ça m'appartient. Donc je ne vois pas au nom de quoi ils me jugent. »

« Ensuite, si l'image de la France repose sur moi et pas sur le président, c'est qu'il y a un problème. Je ne vois pas au nom de quoi l'image de la France reposerait sur moi. Elle repose d'abord sur celui qui la représente, sur celui qui a été élu, sur le président. Donc s'il y a un problème avec l'image de la France, ce n'est pas à moi qu'il faut s'adresser. » Et d'affirmer que « Dans deux ans, mon livre sera oublié. La campagne se déroulera de façon normale, avec François Hollande ou non comme candidat, je ne sais pas. Mais ce sera sans moi et sans mon livre ».

Valérie Trierweiler confie aussi que la parution de Merci pour ce moment a irrémédiablement changé sa vie. « Sans doute que rien ne sera plus comme avant mais, ça c'est certain, je ne serai plus jamais journaliste politique. Je pense que ce serait mal perçu. Je ne me vois pas suivre la prochaine campagne présidentielle par exemple. Et puis ce serait déplacé... Et puis surtout, le journalisme politique tel qu'il est traité aujourd'hui ne m'intéresse plus. Ce n'est pas la façon dont moi je vois les choses. C'est exclu définitivement. » « Je reste journaliste. Je continue mes chroniques littéraires pour Paris Match et j'espère faire plus de reportages parce que j'aime le terrain et j'aime le terrain aussi quand je le fais pour des missions humanitaires. »