Tunisie : le patron de Nessma condamné pour la diffusion de Persepolis

Tunisie : le patron de Nessma condamné pour la diffusion de Persepolis
Tunisie : le patron de Nessma condamné pour la diffusion de Persepolis
Nabil Karoui, patron de la chaîne de télévision Nessma, a été condamné jeudi par un tribunal tunisien à payer près de 1 300 euros pour la diffusion l'an dernier du film franco-iranien Persepolis. Il était jugé pour « atteinte au sacré ».
A lire aussi
Une peine qui ne manque pas de sel pour cet animateur condamné pour propos sexistes
News essentielles
Une peine qui ne manque pas de sel pour cet animateur...


Le patron de la chaîne de télévision Nessma a été condamné jeudi 3 mai par un tribunal tunisien pour avoir diffusé l’an dernier le film franco-iranien Persepolis. Nabil Karoui, absent à l'annonce du verdict, devra ainsi payer une amende de 2 400 dinars, soit 1 300 euros environ.
Il a en effet été reconnu coupable de la « diffusion au public d’un film troublant l’ordre public et portant atteinte aux bonnes mœurs », a estimé le tribunal de première instance de Tunis, qui a également sanctionné un responsable de la production et un technicien de la chaîne au paiement d’une amende de 1 200 dinars chacun.
« Ce jugement est une atteinte à la liberté de la presse. On espérait un acquittement pur et simple en cette Journée mondiale de la liberté de la presse », a déclaré d'avocat de la chaîne Me Abada Kefi.

Voir la bande-annonce Persepolis :


Alexandra Gil

Avec AFP

VOIR AUSSI

Tunisie : « une condamnation du patron de Nessma TV serait inadmissible »

Tunisie : une chaîne de télévision attaquée par des islamistes
Tunisie : une habitante de Tunis raconte
Élections en Tunisie : « Les show off islamistes ne nous font pas peur »

Tunisie : le blogueur quitte le gouvernement
Tunisie : la modernité des femmes est un acquis à défendre

Plus d'actu sur : Tunisie

Femen Tunisie : Amina Tyler poursuit son combat en blonde - vidéo
Tunisie : les femmes manifestent pour leurs droits et contre la future constitution
Tunisie : la femme est « complémentaire de l'homme » pour l'Assemblée constituante