Najat Vallaud-Belkacem : lutter contre les images dégradantes pour les femmes dans les médias

Najat Vallaud-Belkacem : lutter contre les images dégradantes pour les femmes dans les médias
Najat Vallaud-Belkacem : lutter contre les images dégradantes pour les femmes dans les médias
Interviewée par Canal+, la ministre du Droit des femmes Najat Vallaud-Belkacem s'est exprimée sur la parité dans les médias, prônant une meilleure représentation des femmes. En exhortant les pouvoirs publics à montrer l'exemple, elle s'est néanmoins refusée à toute censure de programmes jugés dégradant pour l'image des femmes.
A lire aussi


« Vous regardez le nombre de femmes invitées en tant qu'expertes dans les émissions d'information ou (d'autres, ndlr) il y en a beaucoup moins (que des hommes, ndlr) » : interrogée par Canal+ mardi 4 décembre, Najat Vallaud-Belkacem, en sa qualité de ministre des Droits des femmes, a évoqué la parité dans les médias et les nombreuses améliorations à apporter, selon elle, dans ce domaine. 

Le service public comme exemple

Dans un premier temps, elle rappelle les obligations qui incombent aux chaînes publiques en matière de parité : « Ce n'est pas aux pouvoirs publics de programmer ce qui se passe à la télévision. En revanche, c'est aux pouvoirs publics de dire à France Télévisions et à Radio France, dans le cahier des charges et les conventions qui sont signés ensemble, qu'il y a un objectif d'une meilleure représentation des deux sexes à l'écran ». Elle a ajouté qu'il y a aussi une représentation « qualitative » et donc que les femmes ne doivent pas forcément apparaître comme des victimes, elles peuvent autant que les hommes être expertes et qualifiées pour apporter une valeur ajoutée à un programme. 

Selon elle, si ces nouvelles directives étaient respectées, elles permettraient d’atténuer les stéréotypes encore très présents dans notre société patriarcale. Elle souhaiterait également une programmation plus franche de compétitions sportives féminines.

« On n’est pas dans la logique de la censure »

Concernant la programmation de l’élection de Miss France samedi 8 décembre, Najat Vallaud-Belkacem a soutenu que le gouvernement « n’est pas dans une logique de la censure » malgré l’image de la femme renvoyée par cette émission : « Les femmes intelligentes existent aussi (...) et donc ce que j'aimerais, c'est qu'on valorise tout autant l'intelligence des femmes, qu'on valorise aussi les femmes sportives, les femmes bricoleuses, les femmes chef d'entreprises, parce qu'elles existent aussi. Si (ces femmes chef d'entreprises, ndlr) n'existent pas en nombre suffisant, c'est précisément parce qu'on n’a pas laissé imaginer aux jeunes filles qu'elles pouvaient le devenir. Et je voudrais que les médias, je voudrais que l'école ouvrent toutes ces opportunités aux jeunes filles comme aux jeunes garçons. »

VOIR AUSSI

"Une chaîne généraliste n'achètera jamais un événement sportif féminin"
Des femmes à la tête des médias ?
Parité hommes-femmes : seules 10% des femmes sont conscientes de l'écart de salaire
Médias : la parole des femmes toujours boudée