Christine Lagarde : le Time la sacre "sauveuse" de l'Europe

Christine Lagarde : le Time la sacre "sauveuse" de l'Europe
Christine Lagarde : le Time la sacre "sauveuse" de l'Europe
Dans cette photo : Christine Lagarde
Plus d'un an et demi après son arrivée à la tête du FMI, Christine Lagarde fait la couverture du Time. L'hebdomadaire lui consacre un portrait de trois pages dans lequel il loue, entre autres, sa gestion de la crise chypriote. Pour le magazine, l'ancienne ministre française est la seule capable de « sauver l'Europe ».
A lire aussi


À la tête du Fonds monétaire international depuis plus d’un an et demi, Christine Lagarde fait la Une du Time daté du 8 avril. Le célèbre hebdomadaire consacre trois pages à celle qui a succédé à Dominique Strauss-Kahn, et s’interroge sur ses capacités à « sauver l'Europe ? » Pour répondre à cette question, Vivienne Walt, une journaliste du magazine américain, a donc suivi la présidente du FMI pendant dix jours, à Paris, Bruxelles, Francfort ou encore Washington, pendant qu'elle tentait de gérer au mieux la crise chypriote.

Le résultat de ce reportage est un long portrait décrivant Christine Lagarde, 57 ans, comme une femme calme, même dans les moments de stress intense, capable, en pleine crise, de faire « quelques blagues ». Elle a « amadoué, poussé, sermonné » les dirigeants européens qui ont fini par trouver un accord, note la journaliste, visiblement sous le charme.

« Si Christine Lagarde ne peut pas sauver l’Europe, qui d’autre pourrait le faire »

Pourtant, au sein de l’autorité, le parcours de l’ancienne ministre française de l’Économie et des Finances est parfois semé d’embûches. Elle qui n’est pas économiste et est « souvent la seule femme dans la pièce » lors des conférences et autres réunions, aurait ainsi confié : « Parfois, nous avons des rendez-vous où j'arrête la discussion et je dis "stop, vous m’avez perdue ; il faut que vous utilisiez des termes simples que les gens peuvent comprendre, parce que sinon, vous ne parlez qu’à vous-même" ». Pour Christine Lagarde, il est en effet temps « pour les économistes d'arrêter de parler en des termes opaques ».

Pas sûr que les principaux concernés soient enclins à vulgariser leur jargon technocratique. « Les économistes semblaient nostalgiques du temps de Dominique Strauss-Kahn (...) qui a négocié les prêts du FMI avec la Grèce, l'Irlande et le Portugal, avec sa crédibilité d'économiste et son savoir-faire en termes des négociations », explique Vivienne Walt. Mais peu importe car pour elle, « si Christine Lagarde ne peut pas sauver l’Europe, qui d’autre pourrait le faire ».

VOIR AUSSI

Classement "Time" des personnalités de 2012 : qui sont les femmes de l'année ?
Christine Lagarde favorite pour remplacer DSK à la tête du FMI
Christine Lagarde officiellement candidate à la direction du FMI
Christine Lagarde : les propos de la directrice du FMI scandalisent la Grèce