Guy Bedos vs Nadine Morano : l'humoriste fait son mea culpa - vidéo

Guy Bedos vs Nadine Morano : l'humoriste fait son mea culpa - vidéo
Guy Bedos vs Nadine Morano : l'humoriste fait son mea culpa - vidéo
Dans cette photo : Guy Bedos
Après avoir traité Nadine Morano de « conne » et de « salope » devant un parterre de 1 300 spectateurs la semaine dernière, Guy Bedos avait certifié qu'il ne s'excuserait pas. Pourtant, mardi soir, l'humoriste a fait un premier pas vers l'ancienne ministre de l'Apprentissage, à travers une lettre lue sur le plateau du « Grand Journal » de Canal+.
A lire aussi


Les faits remontent au 11 octobre dernier. Venu inaugurer une nouvelle salle de spectacle à Toul, en Meurthe-et-Moselle, Guy Bedos avait qualifié Nadine  Morano de « conne » et de « salope » devant un public de 1 300 personnes. Et alors que l’ancienne ministre de l'Apprentissage et de la Formation, par ailleurs conseillère municipale de Toul, avait annoncé son intention de déposer plainte contre l’humoriste pour « injure publique », ce dernier avait enfoncé le clou, refusant de s’excuser. « Je ne vais pas demander pardon à Nadine Morano pour ma langue rabelaisienne. J'ai mon langage à moi et c'était un spectacle, pas un meeting », s’était-il défendu.

Est-ce la plainte qui le vise ? Toujours est-il que Guy Bedos est revenu sur ses positions. Pour preuve, mardi soir, il a fait parvenir une lettre à l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, invitée sur le plateau du « Grand Journal » de Canal+. Et c’est à haute voix que celle-ci a lu le courrier qui lui a été remis par Antoine de Caunes : « Ma chère Nadine, c’était juste pour rire. Raté apparemment. Peut-être qu’un jour nous nous expliquerons de vive voix. Pour les prochaines régionales, je vous dis merde. (Je rigole !) Guy Bedos  ».



Une initiative inattendue de l’humoriste que Nadine Morano a, semble-t-il, appréciée. « Je pense que c’est le premier pas vers des excuses, il reconnaît quelque part que ce qu’il a fait ce n’est pas bien », a-t-elle réagi. Et d’ajouter : « S’il avait l’intelligence de présenter des excuses, alors, on s’arrêterait là ».

VOIR AUSSI

Nadine Morano : elle ne regrette pas ses mots sur son « amie plus noire qu'une Arabe »
Nadine Morano piégée : « Je n'ai pas envie que ça devienne le Liban, chez moi »
Insultes et noms d'oiseaux : retour sur une campagne haute en couleurs