Koh-Lanta : la mort de Gérald Babin évoquée par Coumba

Koh-Lanta : la mort de Gérald Babin évoquée par Coumba
Koh-Lanta : la mort de Gérald Babin évoquée par Coumba
Alors que Koh-Lanta devrait faire son grand retour en 2014, une ancienne candidate, Coumba, est revenue dans une interview sur la mort de Gérald Babin, qui a brutalement interrompu la dernière saison de l'émission.
A lire aussi
Koh-Lanta au Cambodge : mort d’un candidat sur le tournage, la saison 2013 annulée
television
Koh-Lanta au Cambodge : mort d’un candidat sur le...


Le premier jour du tournage de Koh-Lanta 2013, le candidat Gérald Babin succombait à une crise cardiaque, provoquant une onde de choc dans le paysage audiovisuel et dans la presse. Et alors que les médias s’interrogeaient sur la dangerosité des émissions comme Koh-Lanta ou Pékin Express, le médecin de l’émission et la production étaient mis en cause dans le décès. Dix jour après la mort de Babin, le médecin de l’émission Thierry Costa se suicidait au Cambodge. Dans une lettre, il accusait la pression médiatique.

Une mort « prévisible »

Il y a quelques jours, Coumba, candidate de la saison 12 de Koh-Lanta, a accordé une interview à Yahoo ! et est revenue sur la mort de Gérald Babin. Selon elle, sur le tournage, « le risque zéro n’existe pas ». Elle a également donné quelques détails sur le rôle du médecin dans Koh-Lanta : « Le médecin dans le jeu, c’est celui qui a le dernier mot, c’est lui qui nous examine avant le jeu et qui décide si on doit avoir du sucre avant l’épreuve. Sachant que le matin, quand la moitié des aventuriers tombent dans les pommes dans le camp, et que l’après-midi, y’a le jeu, exceptionnellement il nous donnait des bouteilles de coca, une par aventurier, et là du coup on était au taquet. Et après on était KO. »

Également interrogée sur les conditions de tournage et sur leur éventuelle dangerosité, Coumba a détaillé : « Koh Lanta reste une aventure extrême ». Sur le camp, « il n'y avait pas grand monde, surtout le soir. Les cadreurs et les journalistes partaient, on était tout seul. Pendant la nuit, s’il y avait quelque chose, on avait le talkie, on les appelait mais bon des fois ça prenait un peu de temps. »