"Newsweek" persiste et signe avec "L'effondrement de la France II"

"Newsweek" persiste et signe avec "L'effondrement de la France II"
"Newsweek" persiste et signe avec "L'effondrement de la France II"
Dans cette photo : Anne Sinclair
Trois jours après avoir publié un premier article bourré de clichés sur la France qui a d'ailleurs déclenché l'indignation des internautes, « Newsweek » persiste et signe. Le site Internet américain d'informations a mis en ligne en début de semaine un papier rédigé par une autre journaliste et qui décrit, lui aussi, la faillite du système français.
A lire aussi


La semaine dernière, le 3 janvier, un article du site américain d'informations Newsweek déclenchait à la fois la colère et la stupeur des internautes Français. En effet, avec pour titre « L'effondrement de la France », le papier rédigé par une journaliste installée à Paris depuis dix ans décrivait un pays qui se meurt, déserté de tous ses talents et dans lequel le litre de lait est à six euros et les couches pour bébé gratuites. Un article bourré de tant de clichés qu'Anne Sinclair, directrice éditoriale du Huffington Post lui avait consacré son premier éditorial de l'année en « [remerciant] Newsweek d'égayer notre rentrée de janvier ».

Mais cinq jours après la publication de l'article en question, et plutôt que de se remettre en question devant la levée de boucliers que celui-ci a suscité, Newsweek persiste et signe. Dans un nouvel article titré « L'effondrement de la France II », une autre journaliste, Leah McGrath Goodman, prend la défense de sa consœur. Dénonçant l'absence de liberté d'expression de la France dès qu'il s'agit de « pointer du doigt les réformes économiques que la Commission européenne exige du pays », celle qui se présente comme une journaliste indépendante et historienne affirme que la « nation du coq est devenue la nation de l'autruche ».

Najat Vallaud-Belkacem invite les lecteurs de Newsweek à visiter la France

Afin d'illustrer ses propos, elle liste les problèmes auxquels, selon elle, la France est confrontée, parmi lesquels les « déséquilibres macroéconomiques du pays », le difficile contrôle du déficit et de la dette publique, la « détérioration de la balance commerciale » ou encore la perte du triple A par l'agence de notation Standard & Poor's en janvier 2012. Quant aux mouvements sociaux qui se multiplient dans le pays ? Ils sont dénoncés par la photo d'illustration : un bonnet rouge surmonté d'une banderole « Stop aux contraintes ».

Cette fois, ce n'est pas Anne Sinclair mais la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, qui est sortie de ses gonds, invitant sur Twitter, tous les lecteurs de Newsweek à visiter la France pour se faire leur propre idée du pays.


Alors, ces deux articles sur fond de french-bashing seront-ils suivis d'un troisième ? Affaire à suivre, ou, comme croit le dire très justement Leah McGrath Goodman en conclusion de son papier « Pour être continué »...