Julie Gayet enceinte, Hollande-Trierweiler, la rupture : quand la presse étrangère s'emballe

Julie Gayet enceinte, Hollande-Trierweiler, la rupture : quand la presse étrangère s'emballe
Julie Gayet enceinte, Hollande-Trierweiler, la rupture : quand la presse étrangère s'emballe
Dans cette photo : Julie Gayet
Quand il s'agit de traiter l'affaire Hollande-Julie Gayet, la presse étrangère n'est pas aussi précautionneuse que les journalistes français. Outre-Manche, on évoque déjà une grossesse de Julie Gayet suite à un tweet hasardeux (et retiré depuis) sur Twitter. Revue de presse du GayetGate vu de l'étranger.
A lire aussi
Une députée demande aux Russes de ne pas coucher avec les étrangers pendant le Mondial
News essentielles
Une députée demande aux Russes de ne pas coucher avec les...


La semaine dernière, le magazine people Closer rendait publique une rumeur qui circulait depuis plusieurs mois déjà : François Hollande et Julie Gayet auraient une aventure. En affichant, en une, les « amours secrètes » du président, Closer ouvrait plusieurs débats, notamment sur le respect de la vie privée des politiques. La presse française a décortiqué, plus ou moins timidement, l’information, au fur et à mesure que la rumeur se transformait en affaire publique.

La vie privée, ce mystère français

Le traitement éditorial à l’étranger est tout autre : pas question d’utiliser des pincettes pour le Time, qui parle d’un président « libidineux ». Unanimement, on s’étonne de cette notion de « vie privée » qui semble brusquement très française. « Ces jours-ci, on a tellement entendu les mots "vie privée" qu'on pourrait le rajouter au triptyque Liberté-Égalité-Fraternité », peut-on lire dans le Time. Pour le New York Times, les demandes de respect de la vie privée des hommes politiques français sont « perçues comme plus acceptables qu’aux États-Unis ». D’ailleurs, outre-Atlantique, l’affaire est comparée au scandale Monica Levinsky–Bill Gates. Dans la presse francophone, les mots sont également plus forts : le président offre un « pitoyable spectacle » (Le Temps, Suisse), il est « touchant » qu’il aille « conter fleurette à mobylette » (Le Soir, Belgique). L’affaire est tournée en dérision, et on évoque plus volontiers le ridicule de la situation que de quelconques enjeux politiques. Au Maghreb, la presse en ligne tacle également volontiers le pouvoir français, appelant Julie Gayet « la deuxième concubine du monarque de la république » (Demain Online, Maroc). 

Le titre de Demain Online :
Gros titre de Demain Online

La une du New York Post du jour verse carrément dans le soap opéra ou la télé-réalité :

Julie Gayet enceinte ? Une rumeur lancée par le site LeRéel.fr « à son insu »

Au Royaume-Uni, le Daily Mail – tabloïd peu réputé pour sa finesse – va plus loin en titrant sur une supposée grossesse de Julie Gayet. La rumeur part d’un tweet sans source sérieuse, et voilà Julie Gayet enceinte de quatre mois après « plusieurs nuits passionnées ». Pour le quotidien, la situation de Valérie Trierweiler est déjà connue : François Hollande n’attendrait que sa sortie de l’hôpital pour la congédier sans ménagement.

>> Julie Gayet enceinte ? L'actrice dément formellement ! <<

Ni une, ni deux l’information est reprise par plusieurs autres titres, comme le
Mirror ou le New Zealand Herald. Mais d’où sort cette information, dont personne ne parle dans la presse française ? C’est le compte Twitter du site Lereel.fr, sérieusement orienté anti-Hollande puisque créé pendant les débats autour du mariage homosexuel, qui a lancé la rumeur. Avant de préciser, le lendemain : « Le compte Twitter @Le_Reel a été utilisé hier soir à notre insu pour diffuser un message, qui a été supprimé depuis. Merci de ne pas en tenir compte, et de vous référer uniquement aux informations publiées sur notre site ». Une info pour contrer l'intox que la presse étrangère se garde bien, pour l'heure, de relayer...


Le titre du Daily Mail :
Gros titre du Daily Mail

>> Affaire Gayet-Hollande : Thomas Hollande aurait présenté l’actrice à son père <<

Une mention spéciale au JT Taïwanais, qui, en l'absence d'une vidéo pour illustrer son propos, s'est fendu d'une reconstitution en images de synthèse qui repousse les limites du WTF.