Nicolas Canteloup : son sketch sur le génocide rwandais mérite-t-il une sanction ? – vidéo

Nicolas Canteloup : son sketch sur le génocide rwandais mérite-t-il une sanction ? – vidéo
Nicolas Canteloup : son sketch sur le génocide rwandais mérite-t-il une sanction ? – vidéo
Dans cette photo : Nicolas Canteloup
« Devant un crime contre l'humanité, on ne rit pas, on s'incline ». Indigné par le sketch de Nicolas Canteloup dans sa chronique sur Europe 1 le 5 février évoquant le génocide rwandais, le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN) demande que l'humoriste présente des excuses.
A lire aussi


Alors qu’un sketch sur le génocide rwandais diffusé sur Canal + avait créé la polémique il y a quelques semaines, Nicolas Canteloup a choisi d’évoquer le sujet dans sa chronique sur Europe 1, le 5 février. L’humoriste a ainsi décidé d’imiter Julien Courbet dans son émission « Sans aucun doute » pour tenter de régler « un conflit de voisinage » entre « Monsieur Hutu » et « Monsieur Tutsi » : « Vous avez découpé, macheté et carpaccioté sa famille, alors qu'apparemment il n'en avait pas exprimé le désir (...) Vous lui auriez également découpé les bras bien dégagés au-dessus des coudes, il a d'ailleurs eu le plus grand mal à vous écrire, du coup, avec les conséquences désagréables qu'on imagine, perte d'une montre de famille, impossibilité désormais de faire du stop », a-t-il dit.

« Quand on veut faire de l'humour sur un crime contre l'humanité, il faut avoir beaucoup de talent ».


Jeudi, le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN) s’est indigné, jugeant ce sketch « ignoble » et dénonçant le manque de réactions de ses collègues à ses propos. « Quand il s'agit des Noirs, à l'évidence, on peut tout se permettre, qui a saisi le CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel). Mais il est temps que cela cesse. Ce soi-disant humour masque mal une forme extrême de mépris et d'abjection. Devant le crime contre l'humanité, esclavage, Shoah, Rwanda, on ne rit pas, on fait silence » a asséné Louis-Georges Tin, le président du CRAN. Interrogée sur Canal +, jeudi soir, Louis-Georges Tin a réaffirmé son indignation, rappelant que « quand on veut faire de l'humour sur un crime contre l'humanité, il faut réfléchir à deux fois et avoir beaucoup de talent ».

« Faire sourire avec une réalité justement parce qu'elle est tragique »

Vendredi matin, Nicolas Canteloup a répondu sans toutefois s’excuser : il a expliqué, imitant Nikos Aliagas qu’il essayait « de faire sourire avec une réalité justement parce qu'elle est tragique, donc insupportable ». Il a par ailleurs déploré « les nouvelles règles de l'humour 2014 : on fait une vanne, on s'excuse. Une vanne, on s'excuse... ». Une rencontre entre le CRAN et le CSA et prévue le 14 février prochain.

Voir l'extrait :