Chômage : l'activité réduite facilite le retour à l'emploi

Selon une enquête de l'Unedic, l'activité réduite, qui permet aux demandeurs d'emploi de travailler tout en gardant leurs indemnités chômage, aiderait au retour sur le marché du travail de façon durable.
À lire aussi


D’après une étude de l'Unedic, l’activité réduite permet aux demandeurs d'emploi de retrouver plus rapidement un CDI. Ce dispositif donne la possibilité aux chômeurs de cumuler indemnités et travail à temps partiel. La rémunération ne doit cependant pas dépasser 70% du salaire brut antérieur et le temps de travail ne doit pas excéder 110 heures mensuelles. L’enquête montre que quelques mois après avoir été en activité réduite, 61,4% des personnes avaient retrouvé un emploi (dont 35,1% toujours en activité réduite) et 26,3% ne sont plus inscrites sur les listes du Pôle emploi.

Même si l’activité réduite reste une solution temporaire et précaire, elle donne l’espoir d’une prolongation de contrat pour 40% des sondés. Une majorité des allocataires déclarent rester proches du marché du travail et acquérir une expérience professionnelle grâce à ce système. Des résultats qui confortent les objectifs du dispositif, à savoir limiter le risque pour l’allocataire de s’éloigner durablement de l’emploi, et favoriser son retour à un emploi durable.

Concernant les désavantages, les sondés étaient nombreux à citer la limitation du temps passé à la recherche d'emploi induite par ce système. Le point le plus positif souligné par cette étude : 97% des chômeurs interrogés disent avoir tiré de l’activité réduite au moins un avantage.

Nicolas Pasquier

Crédit Photo : AFP

Télécharger l'enquête complète de l'Unedic
(pdf)

VOIR AUSSI

Chômage : un taux record en France depuis 13 ans

Chômage : on ne pourra pas rester sous les 10% en 2013 selon l'OFCE

Emploi : le taux mondial du chômage des jeunes toujours aussi élevé

Plus de femmes chez les chômeurs qui travaillent à temps partiel