Transports : les 7 épreuves du trajet domicile-travail des salariés

Transports : les 7 épreuves du trajet domicile-travail des salariés
Transports : les 7 épreuves du trajet domicile-travail des salariés
La société de location d’espaces et équipements de bureaux Regus vient de publier un sondage révélant les pires cauchemars de transport selon des salariés du monde entier.
A lire aussi

Premier fournisseur d’espaces et d’équipements pour les bureaux, Regus ne possède pas moins d’un million de personnes dans sa base de données. La société a sondé 10 000 salariés à travers 78 pays en août et septembre dernier. Les résultats identifiés, l’entreprise dresse le palmarès des facteurs causant du stress aux salariés. En France, où le temps de trajet moyen est d’une demi-heure, les embouteillages en bus, en voiture ou en train sont pour 72% des voyageurs, la pire plaie des transports. Viennent ensuite les retards et les interruptions de service à 57%. Un chiffre qui confirme d’ailleurs le rapport sur la ponctualité de la SNCF publié par le syndicat CFDT il y a quelques jours, dans lequel il affirme que seulement un train sur trois est à l’heure.
Pour 35% des voyageurs, les conducteurs dangereux sont stressants, mais l’étude ne précise pas s’il s’agit des automobilistes ou des conducteurs de train ou de bus. Pour un tiers des sondés, la pollution et la surchauffe provoquées par les transports est un facteur aggravant. En 5ème position du classement, le manque d’informations de la part des prestataires de service concernant les horaires ou les problèmes qui surviennent, occasionne une grave gêne pour les usagers des transports.
En avant-dernière position, un fait surprenant agace et stresse les usagers quotidiens, il s’agit des conversations téléphoniques ! Pour 23% des salariés, ces indiscrétions pèsent sur leur moral. Enfin, l’agressivité au volant constitue le dernier facteur de stress pour 19% des sondés. Tous ces maux fatiguent, irritent, énervent les salariés avant qu’ils n’arrivent sur leur lieu de travail, et qui peuvent altérer leur productivité et leur concentration. D’après Olivier de la Valette, directeur général de Regus Europe du Sud, « pour remédier à ce type de désagréments et éviter de perdre du temps dans les transports pendant les heures de pointe, de nombreux Français et entreprises ont opté pour un nouveau mode de travail, plus flexible, permettant aux collaborateurs de travailler à proximité de chez eux et à des horaires adaptés à leurs rythmes personnels et professionnels ».
Un bond vers le télétravail s’annoncerait-il ? Une bonne nouvelle pour les Français, le Centre d’analyse stratégique prévoit 50% de la population française sera concernée par le télétravail d’ici 2015, contre 30% aujourd’hui. Réduisant l’encombrement dans les transports et augmentant le taux de l’emploi, le télétravail serait aussi une bonne nouvelle pour l’environnement, réduisant la pollution liée aux transports.

Géraldine Bachmann

VOIR AUSSI

Les femmes au cœur de la mobilité
Des voitures en libre service pour bientôt
Le télétravail, ça vous tente ?