Les cadres et les agriculteurs sont les plus touchés par le burn-out

Les cadres et les agriculteurs sont les plus touchés par le burn-out
Les cadres et les agriculteurs sont les plus touchés par le burn-out
Ils sont près de trois millions en France à frôler le burnout chaque jour, selon les chiffres d'une étude du cabinet Technologia révélés par RTL. Des cadres, des chefs d'entreprises, mais aussi des agriculteurs, des artisans et des commerçants pour qui ces experts des conditions de travail demandent la reconnaissance de ce syndrome d'épuisement comme une maladie professionnelle.
A lire aussi


Ils veulent que la Sécurité sociale reconnaisse le burnout. Selon le cabinet Technologia, trois millions de personnes (12,6% des salariés) seraient aujourd’hui touchées par le syndrome d’épuisement professionnel. Des cadres (19%), des chefs d’entreprises (19,7%), mais aussi des agriculteurs (23,5% !), des artisans et des commerçants (19,7%) considérés comme potentiellement à « haut risque » de faire une crise de nerfs.

>> 8 signes qui prouvent que vous êtes en burn out <<

Une maladie qui n’est pas, sauf en cas d’incapacité permanente égale ou supérieure à 25% avec un lien « direct et essentiel » établi avec l’activité, reconnue comme « professionnelle » (article L 461-1 du code de la sécurité sociale). Résultat, seuls quelques dizaines de cas sont reconnus chaque année.

>> Risques psychosociaux : comment les prévenir et les détecter ? <<

Un malus financier pour les entreprises les plus négligentes

Pourtant estime Martine Keyer, médecin du travail interrogée sur RTL : « c'est le travail qui les a mis dans cet état-là » : « Ils ont du mal à se lever, ils vont au travail sans énergie (...). Ils se rendent compte que leur travail n'est pas reconnu. Généralement, c'est une réflexion de la direction [qui est en cause] (...). À ce moment-là, ils basculent dans le burnout ».

>> Burn out : une maladie professionnelle comme les autres ? <<

Selon le cabinet d’expertise qui a notamment chez Renault et chez France Télécom, le burn out devrait être reconnu selon trois niveaux de qualification : la dépression d’épuisement, l’état de stress répété conduisant à une situation traumatique et le trouble d’anxiété généralisée. Mieux, elle demande une meilleure prise en charge de ces salariés mais aussi un malus financier pour les entreprises les plus négligentes. Technologia lance donc un appel sur le site appel-burnout.fr, avec pour objectif d’engager un dialogue entre les entreprises et les partenaires sociaux.

VOIR AUSSI

Surprésentéisme : les risques pour le salarié et l'entreprise
5 bonnes raisons de partir tôt du bureau
Gestion du stress : 4 exercices pour se relaxer au bureau
Coaching management : 4 histoires pour gérer son stress