20 chiffres à connaître sur le chômage et les chômeurs

20 chiffres à connaître sur le chômage et les chômeurs
20 chiffres à connaître sur le chômage et les chômeurs
Combien y a-t-il de chômeurs en France ? Combien de mois faut-il avoir travaillé pour être indemnisé ? Combien de postes ne sont pas pourvus ? Alors que les partenaires sociaux se retrouvaient jeudi pour les négociations de l’assurance-chômage, Terrafemina fait le point en 20 chiffres pour suivre les débats.
A lire aussi
+ 5,6% de chômeurs en 2011 : un chiffre record
emploi
+ 5,6% de chômeurs en 2011 : un chiffre record


5,19 millions : c’est le nombre de demandeurs d’emploi en France en décembre 2013 (catégories A, B et C), selon la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares).

>> Un jeune diplômé sur deux est au chômage <<

2,2 millions : c’est le nombre de demandeurs d’emploi qui perçoivent l’allocation-chômage, soit moins de la moitié des chômeurs.

4 : c’est le nombre de mois qu’il faut avoir travaillé sur les 28 précédents pour avoir droit aux indemnités (36 pour les plus de 50 ans).

2 : c’est en année, la durée maximale de l’indemnisation pour les chômeurs, régie actuellement par le principe « d’un jour cotisé, un jour indemnisé ». Celle-ci peut aller jusqu’à trois ans pour les demandeurs d’emplois de plus de 50 ans.

41 : c’est en pourcentage le nombre de chômeurs qui ont cotisé suffisamment longtemps pour bénéficier de la durée maximale d’indemnisation. Au total, seuls 11% sont effectivement indemnisés plus de 20 mois, les autres ayant trouvé un travail avant d’arriver en fin de droits, selon l'Unedic (l'organisme gérant l'assurance chômage).

72 : c’est le pourcentage de l’ancien salaire net que reçoivent en moyenne les allocataires. Pour les salariés au Smic, l’indemnisation représente environ 78% de l’ancienne rémunération, pour un employé qui gagnait environ 3000 euros net, elle correspond à environ 65% de ce salaire.

>> Chômage, trou dans le CV, accident de parcours : comment en parler en entretien <<

50 : c’est en pourcentage le nombre de demandeurs d’emplois qui touchaient moins de 1 020 euros par mois d’indemnités fin 2012. 95% des demandeurs en percevaient moins de 2070 euros.

6 270 : c’est en euros l’indemnisation maximale possible en France (seuls 1400 allocataires en 2012), soit la plus élevée d’Europe.

499,31 : c’est en euros l’aide que touchent les bénéficiaires du RSA, le Revenu de solidarité active. Pour en bénéficier, il faut être âgé de 25 ans au moins ou être un « parent isolé ».

1,1 million : c’est le nombre de demandeurs d’emploi indemnisés qui exerçaient une « activité réduite », en 2012, selon Pôle emploi.

15 : c’est le nombre de mois pendant lesquels les chômeurs peuvent cumuler salaire et allocation à condition de ne pas avoir travaillé plus de 110 heures par mois et ne pas avoir touché plus de 70% de son salaire antérieur.

812 millions : c’est en euros, la somme qui aurait été versée à tort aux demandeurs d’emploi en 2012. Le système de de calcul lors du cumul salaire-allocation est en effet basé sur des estimations et entraîne donc d'importants « trop-perçus ».

>> Hausse du chômage : 3 clés pour comprendre les chiffres <<

32 milliards : c’est en euros la somme récoltée en 2013 pour l’assurance chômage. Cette dernière est financée par 16,5 millions de salariés et 1,6 million d'employeurs du secteur privé.

4,1 milliards : c’est en euros le déficit de l'Unedic fin 2013. Sa dette devrait, elle, atteindre 22,3 milliards en 2014.

200 000 : c’est le nombre d’offres d’emplois qui ne seraient pas pourvues en France, selon les chiffres avancés par le président de la République en 2013.

66,6 : c’est en pourcentage les projets de recrutements jugés compliqués pour les aides à domicile et les aides ménagères, faisant de ce secteur le plus difficile à pourvoir. Suivent à la tête du classement les ingénieurs, cadres d'études et de R&D en informatique (62,3% de difficultés). Puis viennent ensuite les cuisiniers (64,1%), les infirmiers (58,3%), les employés de maison (55,6%), de l'hôtellerie (50,2%), les serveurs (48,8%), les aides-soignants (46,5%) et les agents de sécurité et de surveillance (46,4%).

53,2 : c’est le pourcentage de difficultés de recrutement que connaît la Corse, la région qui a le plus de mal à embaucher en France métropolitaine devant la Bourgogne (48,1%). Mais c’est à Mayotte et en Martinique qu’il est le plus compliqué de recruter (61,3% et 55,2%) si l’on inclue les DOM.

800 000 : c’est le nombre de jeunes qui devraient arriver sur le marché du travail en 2014, selon l'Office français des conjonctures économiques. 680 000 seniors devraient, eux, partir à la retraite. La population active devrait donc s’accroître de 120 000 personnes.

20 000 : c’est le nombre de postes qui devraient être détruits en 2014, selon Eric Heyer, économiste de l'Office français des conjonctures économiques.

13 : c’est la date à laquelle, en mars, les partenaires sociaux devront être parvenus à un accord sur les modalités d'indemnisation des chômeurs et le montant des contributions des employeurs et des salariés.