Parité en entreprise : une loi et des sanctions à venir

Parité en entreprise : une loi et des sanctions à venir
Parité en entreprise : une loi et des sanctions à venir
L’égalité hommes-femmes en entreprise mobilise dans les rangs de la majorité et du gouvernement. Le ministre du Travail Xavier Darcos évoque une loi à venir, ainsi qu’un système de bonus-malus pour les mauvais élèves.
A lire aussi


Xavier Darcos, le ministre du Travail
, donne un coup d’accélérateur en matière de parité professionnelle. Il veut une loi dès 2010 pour toutes les entreprises de plus de 300 salariés. Dans un entretien au Figaro Madame à paraitre le 7 novembre, le ministre va même plus loin : « Nous définirons des moyens d’incitation et de sanction si les objectifs fixés aux entreprises en matière de réduction des écarts de salaires et de carrières, ou d’accès des femmes aux fonctions de dirigeantes, ne sont pas atteints. » La balle est désormais dans le camp des partenaires sociaux, dont la concertation vient de démarrer.

De son côté, le groupe UMP travaille sur une proposition de loi visant à imposer des quotas de 40% voire 50% de femmes au sein des conseils d’administration. Une mesure qui remporte bien sûr l’adhésion de Xavier Darcos qui tempère toutefois : « On ne peut pas exiger le même chiffre du BTP ou de l’industrie cosmétique. Je veux du cousu main. »

Quoiqu’il en soit, la question de l’égalité hommes-femmes est plus que jamais dans l’actualité, et Terrafemina ne peut que s’en réjouir ! Notre présidente, Véronique Morali, dans un entretien aux Echos du 6 novembre, déclare : « Les quotas ne sont pas une mesure idéale, mais ils sont désormais nécessaires ! Ce serait une révolution culturelle qui permettrait de lancer un cercle vertueux. À nous de trouver le bon équilibre pour introduire des éléments de discrimination positive à l’anglo-saxonne sans dévoyer l’idéal d’égalitarisme à la française. »

Plus d'actu sur : L'égalité professionnelle, c'est pour quand ?

Hyperstress au travail : les femmes en première ligne
À partir du 3 novembre à 11h44, nous (les femmes) travaillerons gratuitement
Loi travail : comment les ordonnances d'Emmanuel Macron vont fragiliser les femmes