Le principal obstacle à la carrière d'une femme ? Son mari

Le principal obstacle à la carrière d'une femme ? Son mari
Le principal obstacle à la carrière d'une femme ? Son mari
Les femmes doivent-elles encore aujourd'hui « sacrifier » leur carrière pour avantager celle de leur conjoint ? Une récente étude publiée dans la « Harvard Business Review » met en lumière une nouvelle dimension des inégalités professionnelles entre hommes et femmes : à progression de carrière égale, les conjoints rechignent encore à faire passer leurs ambitions professionnelles après celles de leur épouse.
A lire aussi


Et si, en plus de devoir se battre au travail pour obtenir les mêmes perspectives de carrière et le même salaire que leurs homologues masculins, les femmes devaient aussi, pour réussir professionnellement, briser le plafond de verre qui se trouve… à la maison ?

Alors qu'aujourd'hui encore, à travail et compétences égales les femmes continuent d'être rémunérées en moyenne 27% de moins que les hommes, une étude parue ce mois-ci dans la Harvard Business Review montre que les inégalités entre hommes et femmes, en plus d'avoir d'être bien ancrées dans la sphère professionnelle, ont aussi lieu dans le cadre privé. C'est ce qu'affirment Robyn Ely, Pamela Stone et Colleen Ammerman. Dans un article intitulé Rethink What You "Know" About High-Achieving Women (Repensez ce que vous savez à propos des femmes performantes), publié dans l'édition de décembre de la Harvard Business Review, les trois chercheuses en sociologie tendent à prouver que ce n'est pas le fait d'avoir des enfants qui freine la carrière professionnelle des femmes, c'est avant tout que leur conjoint refuse bien souvent de mettre leur propre carrière professionnelle en stand-by, même quelques mois, au nom de la parité dans leur couple.

Les femmes plus enclines à sacrifier leur carrière que les hommes

Mais comment expliquer que les femmes fassent une nouvelle fois les frais de ce fameux plafond de verre, et cette fois-ci au sein de leur propre foyer ? Pour comprendre pourquoi la réussite professionnelle des femmes était toujours considérée comme moins importante que celle de leur concubin, les trois chercheuses ont interrogé plus de 25 000 diplômés de la Harvard Business School, femmes et hommes, issus de trois générations différentes : les baby-boomers (49-67 ans), la génération X (32-48 ans) et les Millennials (la génération Y, 26-31 ans).

Malgré un niveau d'études et des aspirations professionnelles similaires une fois leur diplôme en poche, l'étude montre qu'hommes et femmes appréhendent de manière très différente leur réussite professionnelle et ce, quel que soit leur âge. Ainsi, alors qu'environ 50 à 60% des hommes des trois générations se disent « satisfaits » ou « très satisfaits » de leur expérience au travail, ainsi que de leurs possibilités d'avancement de carrière et de leur capacité à concilier leur vie pro et leur vie familiale. À l'inverse, seules 40 à 50% des femmes interrogées se disent satisfaites de leur vie professionnelle et de leur capacité à mener de front leur carrière et leur vie de famille.

Pour les auteures de l'étude, ce n'est, contrairement aux idées reçues, pas le fait d'avoir des enfants qui rend les femmes moins satisfaites de leur carrière professionnelle : c'est le fait d'avoir dû la sacrifier au profit de celle de leur conjoint. Elles en veulent pour preuve la comparaison des chiffres entre femmes et hommes mettant momentanément leur vie professionnelle entre parenthèses pour s'occuper des enfants. Mais pas seulement. Combien d'hommes seraient aujourd'hui prêts à quitter leur entreprise et à renoncer à une promotion pour suivre leur épouse à l'autre bout du pays, si cette dernière y avait une opportunité professionnelle ?

Pour étayer leur thèses, Robyn Ely, Pamela Stone et Colleen Ammerman citent notamment le cas du cabinet de conseil et d'audit Deloitte & Touche. Au début des années 1990, le chef de direction du cabinet Mike Cook a constaté que seuls 10% des associés étaient des femmes, même si Deloitte & Touche avait procédé à l'embauche d'autant de femmes que d'hommes une dizaine d'années auparavant. En étudiant mieux les chiffres, il s'est rendu compte que 70% des femmes qui avaient quitté l'entreprise avaient retrouvé du travail ailleurs, et à temps plein, moins d'un an plus tard. Moins de 10% d'entre elles avaient pris la décision de se consacrer à leur vie familiale.

Une persistance du schéma familial traditionnel : l'homme fait carrière, la femme élève les enfants

Vingt ans plus tard, ce phénomène est toujours d'actualité. Bien que les femmes et les hommes aient des priorités de carrière assez similaires, la croyance selon laquelle la carrière d'une femme est moins importante que celle d'un homme est encore largement d'actualité. 77% des sondés (73% des hommes, 85% des femmes) pensent que « faire passer la famille avant le travail » est l'obstacle n°1 à l'avancement professionnel des femmes.

Et c'est là où le bât blesse. À tout vouloir mener de front (carrière et maternité, puis vie de famille), les femmes relèguent bien souvent leurs ambitions et leur épanouissement professionnel après celui de leur conjoint.

L'équilibre dans le couple et la conciliation parfaite entre carrière et responsabilités familiales sont-ils à chercher du côté de la jeune génération, plus sensible aux questions de parité et de mixité ? Pas vraiment. D'après l'étude, comme leurs prédécesseurs, les hommes de la génération Y ont des attentes plus traditionnelles que les femmes du même âge. Alors que trois quarts des femmes âgées de 26 à 31 ans considèrent aussi leur propre carrière professionnelle comme une priorité, 50% des hommes issus de la génération Y estiment que leur carrière passe avant celle de leur conjointe. Ils sont également 66% (contre 42% des femmes) à espérer que cette dernière prendra en charge l'éducation des enfants.

>> Working Dads : les hommes sont cloués au "plancher de verre" <<

Dans l'actu