L'égalité salariale H/F bientôt dans la Constitution ?

L'égalité salariale H/F bientôt dans la Constitution ?
L'égalité salariale H/F bientôt dans la Constitution ?
Plusieurs députés communistes souhaitent réviser la Constitution afin d'y inscrire le principe de l'égalité salariale entre les hommes et les femmes. Aujourd'hui, une femme gagne en moyenne 27% de moins qu'un homme.
A lire aussi


Même si la France fait aujourd’hui figure de mauvaise élève en ce qui concerne la parité hommes/femmes (131e rang mondial), les choses sont peut-être en passe de changer. En effet, Patrick Braouezec, député de Seine-Saint-Denis, ainsi que 15 autres députés communistes, souhaitent faire une proposition de loi visant à réviser la Constitution afin d’y inscrire le principe d’égalité salariale entre les hommes et les femmes. Cela consisterait en l’ajout d’une simple phrase dans la Constitution : « Elle garantit l’égalité salariale entre les hommes et les femmes ». Car selon Marie-George Buffet, ex-numéro un du PCF, et les députés ayant signé cette proposition, « si l’égalité entre les hommes et les femmes figure dans le préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 (…), force est de constater que ce droit n’est pas toujours devenu réalité et particulièrement en ce qui concerne l’égalité salariale ».

Cette proposition de loi semble donc légitime aux yeux de beaucoup. Surtout quand on remarque que « les femmes gagnent 27% de moins que les hommes ». Les députés ont également précisé que « la discrimination pure est sans doute de l’ordre de 6 ou 7% » et que « toutes les femmes qui, à travail et responsabilité égaux, n’ont pas la même rémunération que les hommes, peuvent se trouver (…) pénalisées au moment de leur retraite ».

Alexandre Roux

(Source : lefigaro.fr)

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Jean-François Copé s'engage pour la parité au Parlement

La loi sur la parité dans les CA adoptée par le Sénat

Égalité salariale : Najat Vallaud-Belkacem annonce des sanctions "dans six mois"

Top 5 des chiffres désespérants sur l’(in)égalité hommes-femmes