Elle se met à son compte pour créer des événements de prestige

Elle se met à son compte pour créer des événements de prestige
Elle se met à son compte pour créer des événements de prestige
Dans cette photo : Roberto Cavalli
Elle organise environ trois événements par mois, est capable de faire venir 350 invités pour l'ouverture d'un café ou d'une boutique de luxe, et ne perd pas une occasion d'enrichir son carnet d'adresses. Tracy Francelet adore son métier, surtout depuis qu'elle le fait à son compte.
A lire aussi

Après deux ans passés en agence, sa grossesse l’a aidée à voler de ses propres ailes. « Dans l’événementiel de prestige, les journées de travail durent dix heures et se prolongent le soir, jusqu’au départ du dernier convive », explique-t-elle. Un rythme difficile à tenir quand on attend un enfant. A 34 ans, elle se sent confiante, et forte d’un réseau qu’elle cultive comme un jardin secret depuis longtemps. A Paris d’abord où elle travaille comme attachée de presse pendant quelques temps, puis à New York. Partie pour prendre des cours d’art dramatique, elle y observe avec envie l’effervescence du milieu de la mode, l’une de ses passions. Elle décide alors d’ouvrir un showroom pour aider les jeunes créateurs français à se faire connaître. Au bout de 5 ans, elle rentre en France et se forme aux côtés de l’organisatrice d’événements Pia de Brantes, « c’est là que j’ai appris mon métier et acquis une réputation de sérieux et de confiance » confie-t-elle. Ses relations s’enrichissent, elle se fait un nom. Aucune raison donc de ne pas miser sur cette réputation lorsqu’elle crée sa société : l’agence Tracy Francelet voit le jour en 2009.

Tracy fait les choses simplement, et ne souhaite pas prendre de risques. Elle investit 1 euro symbolique dans sa SARL et aménage une pièce dédiée dans son appartement. « Des amis de New York m’avaient sollicitée pour un événement, ensuite, un client en a amené un autre ». Un nouveau restaurant, un bar d’hôtel, des groupes hôteliers, des griffes de luxe comme Armani, Christian Dior Parfums ou Roberto Cavalli, font appel à elle pour un cocktail de lancement ou une soirée privée qu’elle organise de A à Z, « dans ces cas-là je travaille avec des prestataires et des freelances », d’autres paient simplement pour bénéficier de son précieux listing d’invités triés sur le volet. Les tarifs s’échelonnent de 3500 à 10 000 euros selon la prestation, elle avoue que « les budgets conséquents laissent plus de place à la créativité, mais il faut toujours une bonne dose d’imagination et d’intuition, pour que la magie opère entre les invités et le lieu. » Sa devise consiste à ne pas décevoir. La veille d’un événement, la pression monte, « le succès d’un projet dépend aussi de facteurs qu’on ne maîtrise pas vraiment, et le bouche à oreille compte plus que tout, mais quand 80% des invités viennent et s’amusent, le pari est gagné. »

Heureusement, la crise n’a pas bouleversé la petite entreprise de Tracy Francelet, qui voit son chiffre d’affaires augmenter constamment depuis trois ans. « Je pense que j’ai été favorisée car je ne suis pas très gourmande par rapport à mes concurrents », confie-t-elle. Et pour les périodes creuses, elle répond aux demandes de particuliers, des anniversaires originaux ou des mariages d’amis. Pour l’instant, elle se refuse à prendre des bureaux et préfère attendre de fidéliser certains clients et en conquérir d’autres. Et peut-être, plus tard, accueillir une associée.

Le site Internet de Tracy Francelet

Sa Bio :
Naissance le 11 mars 1977, Paris 18e
2000 : Départ pour New York, création d’un showroom de jeunes créateurs français
2005 : Relations publiques et événementiel chez Pia de Brantes à Paris
2009 : Création de sa propre agence de communication événementielle et relations publiques. SARL de conseil en communication événementielle et relations publiques au capital de départ de 1 €

Ses conseils :
-    prendre des risques, se lancer
-    suivre son intuition
-    se rendre visible
-    Si on travaille de chez soi, aménager une pièce dédiée, un bureau et des horaires de travail.

Crédit photo : Ben Dauchez

Retrouvez tous les lundis nos portraits de créateurs dans le Parisien Economie.


VOIR AUSSI

Créer sa boîte : L'art et la manière qui font Tilt
Pénélope Blanckaert, experte dans les ventes aux enchères de mode
Habiba Jallow, créatrice des sacs Malhys
Chef de projet dans l'évènementiel

À propos
Roberto Cavalli