Working dads : comment griller un papa au bureau ?

Working dads : comment griller un papa au bureau ?
Working dads : comment griller un papa au bureau ?
Moi, marié ? Moi, papa ? Beaucoup de pères en entreprise évoluent en sous-marin, tenant sciemment secret ce pan de leur vie perso afin de conserver une soi-disant autorité, ou encore une pseudo liberté de dragouiller tranquillou en open space pendant que leurs compagnes s'affichent fièrement en colliers de nouilles au boulot. Comment débusquer ces planqués ? Voici quelques astuces…
A lire aussi

1. Fredonnez « L’âne Trotro » l’air de rien en passant près du suspect. Si le truc ne prend pas tout de suite, pas d’inquiétude, retentez plusieurs fois, à des moments où il est bien concentré sur un doc important. Susurrez doucement : « l’âne Trotro… l’âne Trotro… ». « TROP TROP RIGOLO !! » Il craquera fatalement.

2. Il a regardé la redif’ de « Toute une histoire – elles ont divorcé après 50 ans » la nuit dernière.  À 4 heures du matin. Et il ne sent pas l’alcool.

3. Scrutez ses fringues. Si ses rejetons sont normalement constitués, elles devraient comporter selon l’âge de la progéniture en question tâche de lait sur l’épaule (absorbée dans la précipitation avant de partir) ou empreinte digitalo-nutella sur les cuisses, là où s’enroule habituellement l’enfant en mode koala. S’il n’a pas d’enfant, c’est qu’il vit avec des nains à l’alimentation infantile.

4. Il connaît la date de sortie de Man of Steel, le reboot de Superman… Mais il a aussi vu plusieurs fois le dernier Iron Man au cinéma et sait parfaitement à qui vous faites référence quand vous évoquez Po, Lala et Tinkiwinki. S’il n’est pas papa, c’est qu’il fait usage de stupéfiants à haute dose.

5. Il a des Z’animo pocket et des Lulu l’ourson planqués dans son tiroir pour les p’tits creux.

6. Il connaît la date de la fête des pères. Oups, c'est quand, déjà ?

7. Il a ce je-ne-sais quoi indéfinissable qui lui donne un air assuré, mature et inaccessible, décuplant de manière exponentielle son sex-appeal, alors que son voisin d’ordi, sans être moins attractif esthétiquement parlant, et totalement free de tout engagement, ne vous dit rien mais rien du tout. Cherchez plus, l’attraction de la poussette

8. Checkez les applis dans son smartphone. Entre « Le Monde », « L’Equipe » ou « Angry Birds »  (pour les grands zenfants) devraient se cacher discrétos « Tom le chat qui parle » ou « La boîte à meuh ». Si c’est pour lui, fuyez ce dangereux psychopathe. Sinon, nous sommes bien face à un « papa en soum ».

9. Il refuse systématiquement qu’on prenne sa voiture, préférant bus, métro, vélo ou trottinette. Qui c’est qui a un siège auto à l’arrière, hein ? C’est papaaa !

10. Il n’organise pas de réunions après 18 heures.

Vous l’aurez compris, si ce manuel à l’usage des débusqueuses de papas en entreprise est traité de manière humoristique, la problématique très sérieuse des pères en milieu professionnel se pose néanmoins. En effet, si 30% des pères aimeraient pouvoir bénéficier d’un temps partiel pour pouvoir s’occuper de leurs enfants, ils sont néanmoins 48% à juger que cette demande serait mal vue.

La faute aux stéréotypes, qui poussent bien souvent les pères à « taire » leur condition au travail, laissant à leur compagne urgences pédiatres, nounou malade ou réunions de parents d’élève à 18 heures pour ne pas paraître désinvesti. Les mentalités changent, fort heureusement, et c’est avec une opération amusante que Terrafemina a cherché à faire le focus sur la condition des working dads en entreprise, et de leur aspiration à un meilleur équilibre vie pro-vie perso. Doudou@work, c’est le nom de l’opération, dure jusqu’au 16 juin (date de la fête des pères… oups, vous avez failli oublier, hein ?).

Faites tourner pour que les participations soient nombreuses, et le focus sur nos papas at work retentissant !  

Plus d'actu sur : Working Dads

Au Danemark, une campagne encourage les papas à prendre un congé parental
Smelfie : le selfie des working dads qui changent les couches de leur bambin
Benoît Hamon, un working dad fou de ses enfants au ministère de l’Education de Valls