La masturbation soulagerait le syndrome des jambes sans repos

La masturbation soulagerait le syndrome des jambes sans repos
La masturbation soulagerait le syndrome des jambes sans repos
Des chercheurs affirment que pour les personnes souffrant du syndrome des jambes sans repos, qui toucherait une personne sur 10 en France, un petit plaisir solitaire pourrait faire l’affaire. La masturbation pourrait ainsi apaiser les nuits agitées…
A lire aussi
Qui sont les quatre femmes à reposer au Panthéon ?
News essentielles
Qui sont les quatre femmes à reposer au Panthéon ?

Dans une lettre publiée dans le Journal médical de la médecine du sommeil (sleep-journal.com) des médecins de l’Université de Sao Paulo au Brésil ont rapporté le cas d’un patient qui, grâce à la masturbation et aux relations sexuelles, avait atténué les symptômes de son syndrome des jambes sans repos. Cette pathologie reconnue en médecine depuis les années 80 est aussi surnommée impatiences dans les jambes, et se traduit par un besoin irrépressible de bouger les jambes et une sensation d’inconfort,- picotements, fourmis, sensations de brûlure -, en particulier pendant les moments d’inactivité et donc la nuit. Ce syndrome toucherait une personne sur 10 en France et en Amérique du Nord.
En Californie, un expert du sommeil et des jambes sans repos a confirmé avoir repéré une ou deux douzaines de cas similaires, et estime que de nombreux autres de ses patients n’osent pas évoquer les effets bénéfiques de leur masturbation…
Si les chercheurs ne préfèrent pas spéculer sur de simples observations, ils s’interrogent sur les causes possibles du lien entre la masturbation et le soulagement du syndrome des jambes sans repos : la libération de dopamine dans le cerveau lors de la masturbation pourrait, selon eux, être une explication plausible. En effet les deux médicaments recommandés pour le traitement du syndrome des jambes agitées sont tous les deux à base de dopamine.

VOIR AUSSI

Prôner une sexualité organique, dernière tendance américaine
L'Ocytocine, hormone de l'orgasme, de l'amour et du bien-être
Sexo : Et si on échographiait le point G ?