Déodorants : une trop forte concentration en aluminium

Déodorants : une trop forte concentration en aluminium
Déodorants : une trop forte concentration en aluminium
Certains déodorants contiennent une concentration de sels d'aluminium jusqu'à trois fois supérieure à la norme autorisée par l'Afssaps. C'est ce que révèle le journal 60 millions de consommateurs.
A lire aussi


Nos déodorants sont-ils dangereux pour la santé ? À en croire 60 millions de consommateurs, il faudrait regarder de plus près la composition de nos antitranspirants. Le mensuel révèle que certains déodorants contiennent des sels d'aluminium jusqu'à trois fois supérieurs à la norme. Sur les 14 produits pour femme et pour homme testés par la rédaction, il apparaît que 6 d’entre eux contiennent des concentrations en aluminium supérieures au taux préconisé par l'agence des produits de santé (Afssaps), dans des teneurs «très variables d'un produit à l'autre». «Elles se situent entre 0,19% et 2% d'aluminium pur », note le journal. Même les déodorants à la pierre d’alun contenaient aussi de l'aluminium (moins de 0,3%).

L'Afssaps a publié en octobre dernier un rapport sur « l'évaluation du risque lié à l'utilisation de l'aluminium dans les produits cosmétiques ». Elle a relevé qu'« aucun élément pertinent ne permet de considérer l'exposition par voie cutanée à l'aluminium comme présentant un risque cancérogène ». Néanmoins elle recommandait de « restreindre la concentration d'aluminium dans les produits antitranspirants ou déodorants à 0,6% », et insistait sur le devoir d’informer le consommateur. « Il serait nécessaire d'informer le consommateur que les produits antitranspirants ou déodorants ne doivent pas être utilisés après le rasage ou en cas de lésion de la peau », précisait l'Afssaps. « Il est recommandé que cette information figure sur le conditionnement », ajoutait-elle.

Avec AFP
Crédit photo : Fuse

VOIR AUSSI

Médicaments dangereux : le Propecia favoriserait l'impuissance sexuelle
Médicaments dangereux : le Primperan interdit aux enfants
Médicaments dangereux : attention à la consommation d’aspirine