Le sperme des Français baisse en qualité et en concentration : notre fertilité menacée ?

Le sperme des Français baisse en qualité et en concentration : notre fertilité menacée ?
Le sperme des Français baisse en qualité et en concentration : notre fertilité menacée ?
Une étude française auprès de 26 000 hommes conclue à un résultat alarmant : la concentration en spermatozoïdes du sperme ainsi que sa qualité serait en déclin depuis 1989. Victimes de perturbateurs environnementaux, la fertilité des Français serait-elle menacée ?
A lire aussi
Baisse de la fertilité masculine et hausse des cancers du testicule
homme
Baisse de la fertilité masculine et hausse des cancers du...


« Ceci constitue une sérieuse mise en garde », insistent les chercheurs, auteurs de l’étude auprès de 26 000 hommes qui montre un déclin « significatif » du sperme des Français entre 1989 et 2005. En 17 ans, la concentration en spermatozoïdes du sperme d’un homme de 35 ans est passée de 73,6 million/ml à 49,9 million/ml en moyenne, soit une réduction pour la population générale de 32,2%. Et ce n’est pas tout : l’étude montre par ailleurs que la qualité est elle aussi altéré. La proportion de spermatozoïdes de forme normale a en effet diminué de 33,4%.

« A notre connaissance, c'est la première étude concluant à une diminution sévère et générale de la concentration du sperme et de sa morphologie à l'échelle d'un pays entier et sur une période importante », écrivent les auteurs pour qui « le lien avec l'environnement en particulier doit être déterminé ». Pourtant, ces concentrations spermatiques restent dans la norme fertile de l’OMS (supérieure à 15 millions/ml). Des chiffres contredits par certaines études pour qui une concentration inférieure à 55 millions/ml entraîne des difficultés à la procréation.

Une inquiétude d’autant plus importante que la population étudiée, usagers de l'assistance médicale à la procréation, aurait a priori tendance à moins fumer et à être moins obèse que les autres et seraient donc plus fertile que la population générale.

VOIR AUSSI

Les fausses couches répétées s'expliqueraient par une fertilité trop importante
Les Français féconds mais pas fertiles
Infertilité : tabac, alcool, stress ont une part de responsabilité
Les phtalates, responsables de la baisse de la fertilité masculine