La junk food pendant la grossesse rend les enfants dépressifs

La junk food pendant la grossesse rend les enfants dépressifs
La junk food pendant la grossesse rend les enfants dépressifs
Le comportement d'un enfant peut être influencé par l'alimentation de sa mère pendant qu'elle le portait. D'après des recherches menées de pair par des scientifiques australiens et norvégiens, la consommation excessive de junk food pendant la grossesse augmenterait considérablement les risques d'anxiété et de dépression chez l'enfant à naître. Cette étude montre que la nutrition de la mère influence la santé physique du bébé, mais également sa santé mentale.
A lire aussi


Certains aliments pouvant nuire à votre bébé sont à proscrire durant la grossesse : en plus de la viande crue et du fromage à pâte molle, faudra-t-il désormais éviter les burgers et pizzas surgelées et autre junk food riche en gras?

Junk food pour la maman, dépression pour l'enfant

Les femmes enceintes négligeant leur alimentation ont plus de chances d’avoir des enfants ayant des problèmes comportementaux. Une étude révèle en effet qu’une grande consommation de junk food augmente les risques de dépression et d’anxiété chez l’enfant, qui en devient sujet aux accès de colère et d’agressivité. Cette première étude à pointer du doigt le lien entre la nutrition dans le tout premier stade de la vie et le comportement de l’enfant et de l’adolescent a été menée par des scientifiques australiens et norvégiens. Avant d’arriver à leurs conclusions, les chercheurs ont travaillé avec plus de 23 000 mères et enfants. Les mères ont été interrogées sur leur alimentation pendant la grossesse, et celle de leur enfant pendant les 18 premiers mois de sa vie, ses trois premières années puis ses cinq premières années. Les symptômes de dépression, d'anxiété, de trouble de comportement et d'hyperactivité ont ensuite été diagnostiqués à 18 mois, trois ans et cinq ans.

Les facteurs socio-économiques et la santé mentale des parents n’étaient pas inclus dans la recherche, afin d’aider à établir une relation entre le régime alimentaire et la santé mentale. Le résultat est sans appel : la propension à la dépression ou à l’anxiété est largement supérieure dans le cas où de la junk food était consommée pendant la grossesse. Une alimentation malsaine présente donc des risques pour la santé physique de l’enfant, mais également pour son bien-être mental.

Victoria Houssay

VOIR AUSSI

La junk food est également mauvaise pour le cerveau
Régimes : notre cerveau est programmé pour préférer la junk food
Les enfants qui mangent gras et sucré sont-ils plus bêtes ?
Manger gras favorise la somnolence