Bertrand Cantat : une nouvelle plainte pour violences déposée contre lui

Bertrand Cantat : une nouvelle plainte pour violences déposée contre lui
Bertrand Cantat : une nouvelle plainte pour violences déposée contre lui
Dans cette photo : Bertrand Cantat
Les ennuis judiciaires s'accumulent pour Bertrand Cantat suite au suicide de son ex-femme, Krisztina Rady. Une association féministe accuse le chanteur de Noir Désir de « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner », et vient de déposer plainte contre lui.
A lire aussi


Bertrand Cantat va-t-il à nouveau se retrouver devant la justice ? Jeudi 3 avril, le chanteur de Noir Désir a été visé par une plainte déposée par « Femme libre », une association féministe qui accuse le chanteur de « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Pour Femme libre, c'est le comportement violent de Bertrand Cantat qui aurait poussé KrisztinaRady, son ex-compagne, à mettre fin à ses jours.

Des « pressions psychologiques » et des « actes de violences »

À l'origine de la plainte de l'association et portée par l'avocate Yeael Mellul, le rassemblement de plusieurs témoignages, dont un enregistrement audio laissé par Krisztina à ses parents, ainsi que des « actes de violences » et des « pressions psychologiques » présumés auxquels se serait livré Bertrand Cantat sur KrisztinaRady.

En janvier 2010, l'ex-compagne de Bertrand Cantat, Krisztina Rady était retrouvée pendue au domicile de ce dernier, à Bordeaux, tandis qu'il dormait. Si l'autopsie avait rapidement écarté une éventuelle responsabilité du chanteur de Noir Désir, les ennuis judiciaires n'en étaient pas finis pour lui pour autant. En novembre 2012, les parents de Krisztinaaffirmaient dans un entretien à Paris Match que leur fille avait subi des violences de la part du chanteur à sa sortie de prison. Les doutes sur la culpabilité de Bertrand Cantat ont encore été évoqués en octobre dernier par Yael Mellul. Également avocate de François Saubadu, le dernier compagnon de KrisztinaRady, elle avait fini par obtenir la réouverture du dossier sur la mort de la jeune femme. Elle avait notamment expliqué que sa mort résultat d'un « suicide forcé » par des « violences psychologiques » exercées par Bertrand Cantat.

Une plainte « totalement indécente et infondée »

Contacté par M6Info, l'avocat Me Aurélien Hamelle qualifie cette plainte de tentative « totalement indécente et infondée » d'inculper son client. « L'avocate de cette association se sert de cette plainte comme d'une tribune pour la cause féministe. Elle mène une croisade politique et judiciaire aux dépens de Bertrand Cantat. Mais dans ce dossier, il n'y a rien de nouveau. C'est du réchauffé », a-t-il déclaré, avant de demander aux médias de laisser le chanteur de Noir Désir et sa famille tranquilles.